OVH forcé de suspendre les ventes de ses nouveaux serveurs dédiés

Cet été, l'hébergeur a lancé une nouvelle gamme de serveur dédié attractive, mais il a du mal à les livrer, suscitant la grogne des utilisateurs.

"Sold out" : c'est ce qu'affiche aujourd'hui OVH au sujet de ces nouveaux serveurs dédiés, lancés fin juillet dernier à des prix compétitifs commençant à partir de 2,99 euros. Problème, l'hébergeur n'a pas pu tenir ses engagements de livraison, suscitant la grogne de nombreux clients. "Nous n'arrivons pas faire face aux commandes qui sont plus nombreuses que les capacités de production", expliquait le patron d'OVH, Octave Klaba, début septembre.

Comme il l'a par la suite admis, le problème vient précisément du turn-over, c'est-à-dire lorsque des clients d'OVH louant déjà un serveur décident de basculer vers un nouveau serveur, plus performant, moins cher et surtout sans engagement et sans frais de migration. "Avec 150 000 serveurs, le nombre de clients qui nous relouent un nouveau serveur au bout de 3 à 6 mois est devenu majoritaire. Et les anciens serveurs se retrouvent trop rapidement obsolètes à la vente", détaille Octave Klaba sur le site d'OVH. "Aujourd'hui nous avons 170 000 serveurs et depuis le mise à jour de la gamme, le turn-over s'est encore accéléré pour devenir trop important. La majorité des livraisons ne servent plus qu'à faire du turn-over".

Octave Klaba revient en détails sur cette décision de Sold out dans un questions-réponses publiée le 23 septembre sur le site d'OVH.

Résultat, en attendant de régler les problèmes, l'hébergeur a dû afficher ce "sold out" sur l'ensemble des offres de serveurs dédiés. "Les commandes qui ont été passées seront livrées mais nous ne prenons plus de nouvelles commandes de serveurs dédiés", explique aujourd'hui OVH. Plus précisément, le groupe de Roubaix ne veut plus livrer pour continuer à entretenir ce turn-over, mais explique être ouvert aux commandes de nouveaux clients, qui doivent contacter OVH pour essayer d'obtenir "un bon de commande à la main". L'hébergeur dit avoir encore 10 000 serveurs prêts à être livrés.

 

 Lire aussi :

Serveurs / OVH