Loi de Moore : Intel ne tient plus la cadence, et repousse les puces en 10 nanomètres à 2017

Le CEO d’Intel a dû admettre qu’il fallait désormais compter deux ans et demi, et non plus deux ans, pour passer aux nouvelles générations de puces.

Si la génération actuelle de puce Intel est gravée en 14 nanomètres, la prochaine génération, gravée en 10 nanomètres, vient d’être repoussée au premier semestre 2017. En marge de l’annonce de ses derniers assez bons résultats trimestriels, Brian Krzanich, le CEO d’Intel, a dû admettre que la cadence était désormais moins rapide, et que passer d’une génération à l’autre prenait désormais plus deux ans et demi que deux ans. Deux ans et demi, c’est aussi le temps qu’il a fallu au fondeur pour passer du 22 nanomètres aux 14 nanomètres, et là aussi, Intel avait pris plus de temps qu’escompté. De quoi remettre en cause la loi de Moore, a aussi prévenu le patron du fondeur.

Comme les puces en 10 nanomètres ont été repoussées, Intel va, en attendant, pour la première fois, lancer une troisième famille de produits gravés en 14 nanomètres, alors qu’il n’y en avait généralement que deux. Pour l’heure, cette nouvelle famille a le nom de code de "Kaby Lake", et elle suivra donc la génération "Skylake". "Kaby Lake" est annoncé pour l’année prochaine.

Brian Krzanich a assuré tout faire pour revenir à une cadence de deux ans, notamment pour arriver à la production de puces en 7 nanomètres, mais il n’a rien voulu garantir, car "chaque avancée pose de nouveaux défis".

Intel / Innovation