Les résultats annuels de Capgemini s'envolent, loin de la France

Le bénéfice net de l'entreprise de Paul Hermelin a doublé. Grâce au rachat d'iGate, l’Amérique du Nord devient la première zone géographique de Capgemini.

Capgemini est certes la première SSII française, mais grâce à l'acquisition d'iGate réalisée en juillet dernier, l'Amérique du Nord est devenue, de loin, sa première zone géographique. Elle a ainsi représenté, au deuxième semestre 2015, près du tiers de son chiffre d'affaires (31%). La France ne représente plus, sur l'année, que 20% du total du groupe.

L'acquisition a permis à Capgemini de voir son chiffre d'affaires annuel progresser de 12,7%, et se rapprocher des 12 milliards d'euros. Mais en excluant iGate et les variations des devises, la hausse n'atteindrait que 1%. Sur l'année 2015, le résultat net (part du groupe) s'est toutefois envolé, et a presque doublé, passant de 580 millions à 1,124 milliard d'euros, soit 98% de hausse. Le versement d'un dividende de 1,35 euro par action en 2016, soit 15 centimes de plus par rapport à l'année précédente (+11%), sera proposé à la prochaine assemblée générale. Et la SSII fait comprendre qu'elle compte bien poursuivre sur cette dynamique, en annonçant pas moins de 7,5 à 9,5% de croissance de son chiffre d'affaires à taux de change constants pour le prochain exercice.

Capgemini a définitivement changé d'envergure, avec un cadre qui dépasse désormais largement l'Europe, et des résultats qui la positionnent comme un poids lourd au niveau mondial. Son effectif a dépassé les 180 000 salariés, et son réseau mondial de centres de production rassemble plus de 86 000 collaborateurs en Inde.

Rachat / Capgemini