Dreamforce 2016 de Salesforce : des nouveautés qui répondent à 5 transformations numériques

L'événement client de Salesforce se tient cette semaine à San Francisco. Pour l'occasion, le leader du CRM a axé son discours et ses nouveautés sur cinq grandes ruptures technologiques.

A l'occasion de sa grand-messe annuelle (Dreamforce 2016), qui se tient cette semaine à San Francisco, Salesforce a enregistré pas moins de 71 000 inscrits.  Chaque année, Dreamforce est un moment de communication privilégié pour l'éditeur. Lors de cet événement, il mobilise, aussi, son écosystème. "Pour cette édition 2016, 400 partenaires ont fait le déplacement. Quant à la délégation française, elle compte 500 clients", précise-t-on chez Salesforce.

Lors d'une keynote ce 5 octobre, le PDG de Salesforce, Marc Benioff, a choisi de centrer son message sur cinq axes de transformation digitale, en détaillant, pour chacun, l'apport des outils Salesforce. Un discours qui permet, aussi, de mieux comprendre l'articulation des nouveautés présentées lors de ce Dreamforce 2016 avec la stratégie du groupe américain sur le digital.

  • L'intelligence artificielle (A.I.) : c'est la première grande transformation sur laquelle a insisté Marc Benioff. Sur ce terrain, il a mis en avant, sans surprise, la brique Salesforce Einstein. Cette offre, annoncée par Salesforce il y a quelques semaines, doit permettre d'injecter des modules d'A.I. à tous les étages de l'offre de CRM du groupe de San Francisco. "Einstein va permettre, aussi, de venir enrichir des applications tierces en matière de scoring ou de machine learning. Car il s'agit d'une plateforme", rappelle en coulisses Olivier Nguyen Van Tan, responsable marketing Southern EMEA de Salesforce (lire l'article Les dessous de Salesforce Einstein : la plateforme d'A.I. de Salesforce).
  • La productivité est la deuxième grande rupture évoquée par Marc Benioff. Et dans ce domaine, l'arme de Salesforce s'appelle Quip. Tout juste deux mois après l'acquisition de cette technologie bureautique collaborative, l'éditeur a annoncé lors de son événement qu'elle était désormais intégrée à sa suite de CRM (lire notre article : Collaboratif : Salesforce intègre Quip dans ses produit).
  • "Go to market" et rapidité opérationnelle tendent à devenir de plus en plus souvent un gage de réussite de toute stratégie digitale. C'est une autre transformation citée par le PDG de Salesforce. Pour répondre à cette troisième problématique, Marc Benioff a mis en avant Salesforce Lightning, la nouvelle interface graphique de Salesforce, et ses possibilités de modélisation d'application de CRM, de tunnel de conversion... A l'occasion de Dreamforce 2016, Lightning a été complétée d'une nouvelle brique, baptisée Lightning Bolt, qui permet de générer, à la volée, des espaces communautaires, des portails ou des site web intégrés à la suite CRM de Salesforce.
  • La mobilité s'inscrit aussi, sans grande surprise, parmi les cinq ruptures qu'a passées au crible Marc Benioff. Face à ce défi, le CEO a évoqué Salesforce1, la plateforme dessinée pour faciliter le déport sur mobile des outils de gestion de la relation client de Salesforce. Il a aussi annoncé la sortie My Salesforce1 : un outil conçu pour faciliter la création d'apps mobiles Salesforce1, aux couleurs de l'entreprise ou de ses marques, et ciblant les clients finaux.
  • La connectivité autour de l'IoT est la cinquième et dernière "transformation majeure" pointée par le CEO de Salesforce. "Au-delà de la connectivité, c'est aussi la capacité de traitement des données en provenance des objets connectés qui nous semble être un défi majeur", précise Olivier Nguyen Van Tan. Face à cet enjeu, Salesforce met en avant les capacités de son offre IoT Cloud (une offre qui a été, notamment, complétée à l'occasion de Dreamforce 2016 d'un moteur pour intégrer aux applications Salesforce des données en provenance de réseaux d'objets connectées).

CRM / Salesforce