Octave Klaba, fondateur d'OVH : les pieds sur terre, la tête dans le cloud

Le fondateur d'OVH a su faire preuve d'audace et de savoir-faire pour se faire une place parmi les ténors du cloud, et partir à la conquête du monde depuis Roubaix.

Quand la famille Klaba s'installe en France en 1990, Octave a 15 ans. Né de parents diplômés de l'école polytechnique de Varsovie, Octave Klaba doit poursuivre ses études dans un pays dont il ne parle pas la langue. Un détail pour ce jeune homme déjà féru d'informatique. L'adolescent qui conçoit des programmes depuis plusieurs années déjà est un passionné de nouvelles technologies et d'innovations. Lorsqu'il rejoint l'Icam de Lille, il y fait une découverte qui va changer sa vie : Internet.

As de la débrouille

Il passe alors ses nuits à créer des pages web. Une passion qui l'occupe à plein temps, si bien que quand il apprend que son hébergeur américain n'a plus la place pour stocker ses données, il saute dans l'avion, direction les Etats-Unis… et constate que créer un serveur sur-mesure est à sa portée. Une chose simple pour cet as de la débrouille qui revient en France avec une idée en tête : celle de créer sa propre société d'hébergement.

Une fois son diplôme d'ingénieur en poche, après un passage éclair chez Alcatel, il crée donc OVH, en 1999. OVH pour "On Vous Héberge" mais aussi pour "Oles Van Herman", le surnom d'Octave Klaba sur les forums spécialisés et pendant ses études. Il profite alors des infrastructures de la société qui emploie sa mère et y puise l'énergie nécessaire au bon fonctionnement des quelques serveurs installés dans un petit local à Roubaix. La place vient vite à manquer et c'est une autre figure de l'informatique, Xavier Niel, patron d'Iliad, qui va lui louer des locaux plus adaptés. 800 serveurs sont ainsi installés près de la Bastille, à Paris. Rapidement, il y en aura 10 000, dans le sous-sol d'une cave du XIXe arrondissement, à Paris.

Pour Octave Klaba, impossible n'est pas français

Refroidir l'air autour des serveurs consomme autant d'énergie que le serveur lui-même, alors, pour faire baisser la facture d'électricité, ce sera la méthode Klaba : l'ingéniosité ! Et cette fois, c'est Henryk, le père d'Octave qui s'y colle, en créant un système de refroidissement allant puiser l'eau à 60 mètres de profondeur pour la faire circuler dans les locaux de son fils. Résultat, une économie de près de 75% sur la facture d'électricité. Pari gagné, OVH peut désormais proposer des tarifs attractifs, gagner des parts de marché. L'entreprise se positionnera vite comme l'un des meilleurs hébergeurs d'Europe. Et c'est le clan Klaba que l'on retrouve aux postes clés de la structure : la maman a pris les rênes des fonctions administratives, l'épouse est chargée de la communication, le père siège au poste de président et le frère est nommé responsable de la recherche et du développement.

Lors de l'OVH Summit 2015, Octave Klaba a joué quelques minutes avec Laurent Allard, le PDG du groupe. © JDN

Chez OVH, tout est fait pour aider les collaborateurs à bien travailler. Alors on crée des espaces de travail modernes, et propices à la création. Et, comme chez Google ou Facebook, le geek est roi. On n'y croise d'ailleurs pas de costumes cravates, et même Octave Klaba s'habille relax. Il règne une ambiance de start-up américaine où l'on prend du plaisir en travaillant. Et ça fonctionne ! Quand certains s'adonnent à leur sport favori pour décompresser, le patron, lui, préfère faire de la musique – le public des OVH Summits a d'ailleurs pu apprécier, plusieurs fois, ses talents de guitariste. 

La nouvelle envergure d'OVH

D'abord attiré par la clientèle des très petites entreprises : "exigeants, fauchés, mais nombreux", comme il aime à le dire, le fondateur d'OVH s'est depuis lancé sur d'autres marchés. OVH a réussi à se positionner comme un partenaire sérieux aux yeux des grandes entreprises, parce que la société basée à Roubaix conçoit et opère son propre réseau, et qu'elle a su s'imposer comme experte dans le cloud. Ce nouveau positionnement a évidemment demandé des ajustements : Octave Klaba a avoué que passer de clients qui paient par carte bleue directement en ligne à des grands comptes désirant une relation privilégiée avec leur fournisseur n'a pas été chose aisée. Il a toutefois su s'entourer pour relever ce défi, et a recruté en février 2015 Laurent Allard pour lui succéder au poste de CEO. C'est alors un ancien client d'OVH qui a travaillé dans des grands groupes qui prend les rênes de l'entreprise. Cet ancien directeur technique de CGI remplace donc Octave Klaba, permettant au fondateur de l'entreprise de retourner à ses premières amours : la technologie, en devenant le CTO d'OVH (soit Chief Technology Officer, le directeur de la technologie). 

La petite start-up qui hébergeait des données sur des serveurs en sous-sol s'est d'abord imposée comme une référence dans l'Hexagone dans l'hébergement sur serveur dédié ou mutualisé, les noms de domaine, ou encore les connexions internet et la téléphonie. Elle a changé d'envergure ces dernières années. OVH s'est désormais hissé, au niveau mondial, parmi les outsiders des fournisseurs des services cloud. 

OVH va ouvrir deux nouveaux data centers aux Etats-Unis

Désormais valorisée plus d'un milliard d'euros (le chiffre de 1,3 milliard d'euros étant "plus proche de la vérité", d'après Laurent Allard), OVH vient de lever 250 millions d'euros en ouvrant pour la première fois son capital à des investisseurs. Son ambitieux plan de développement, reposant sur un investissement de 1,5 milliard d'euros sur 5 ans, vise à renforcer sa présence à l'international. 12 nouveaux data centers sont prévus par ce plan, en plus des 17 que possède aujourd'hui le groupe en France et au Canada. 2 nouveaux datacenters seront lancés aux Etats-Unis (l'un sur la côte Est, l'autre sur la côte Ouest), avec une première mise en service attendue pour début 2017. Les centres de données en Pologne, à Singapour, et en Australie ont été officiellement lancés lors de l'OVH Summit 2016. Parmi les autres pays visés par ce plan figurent l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, et la Grande-Bretagne. L'extension de la société fait donc désormais fi des frontières, et OVH vient désormais clairement côtoyer les géants Google ou Amazon.  

OVH / Hébergeurs