Rachats : une liste de sociétés ciblées par Salesforce fuite sur le Net

Le document a été communiqué en mai dernier aux membres du conseil d'administration de l'éditeur de San Francisco. Salesforce a confirmé son authenticité.

Le Wall Sreet Journal publie un document interne de Salesforce qui dresse une liste de sociétés pouvant potentiellement constituer des cibles dans la stratégie de croissance externe de l'éditeur de San Francisco (voir le tweet ci-dessous). La présentation en question est issue d'un e-mail, remontant à mai dernier, attribué à  l'ex-secrétaire d'Etat américain Colin Powell. Le quotidien américain explique que la fuite provient de DCLeaks : un site qui fait de la publication de documents institutionnels et gouvernementaux sa marque de fabrique. 

Adobe, Box ou Workday dans la liste

Le fichier publié par le Wall Street Journal était destiné aux membres du conseil d'administration de Salesforce, dont Colin Powell fait partie. Parmi les sociétés évoquées comme "cibles potentielles" y figurent notamment Adobe, LinkedIn (dont l'acquisition par Microsoft est en cours), mais aussi Box, Zendesk, Tableau Software ou encore Workday. En revanche, Twitter dont Salesforce a pourtant étudié le potentiel en vue d'un éventuel rachat (avant de se rétracter), n'y apparaît pas. Quant à Demandware dont le rachat a été finalisé par Salesforce en juillet dernier, il est bien présent dans le document.

Dans les colonnes du Wall Street Journal, un porte-parole de Salesforce confirme l'authenticité du document. Il le qualifie de "panorama de sociétés publiques" qui ont pu être considérées comme des cibles par le groupe. "Salesforce a un process de fusion-acquisition réfléchi et structuré qui consiste en l'étude régulière du paysage industriel à travers un large éventail d'entreprises, mais peu d'entre elles sont finalement acquises", indique le porte-parole. "Cette présentation est le résultat d'une vaste enquête portant sur des sociétés cotées en mai 2016, l'apparition des noms d'entreprises dans cette liste ne signifie pas que Salesforce ait eu l'intention de les acquérir."

Salesforce