Accès à Azure : Microsoft veut dire non à la justice américaine

Le groupe américain affirme vouloir appliquer à la lettre sa charte portant sur les règles de confidentialité des données stockées sur son cloud Azure.

Le bras de fer se poursuit entre Microsoft et les autorités américaines sur la délicate question de l'accès aux données stockées sur Azure dans le cadre de procédures juridiques. Après le FBI en mai dernier, c'est au tour de la justice américaine de se voir signifier une fin de non-recevoir par le groupe IT suite à une demande d'accès à un mail hébergé par les services Microsoft Azure en dehors des Etats-Unis.

A l'initiative de la Cour fédérale des Etats-Unis, la demande en question porte sur un message stocké plus précisément au sein du data center irlandais de Microsoft. Suite à cette nouvelle affaire, Microsoft a annoncé son intention de faire appel. L'éditeur entend ainsi rester inflexible, et montrer par tous les moyens qu'il protège ses clients contre certaines velléités d'information du gouvernement américain...

Etats-Unis / Cloud public