Bill Gates fait son lobbying à l'Elysée

François Hollande a reçu l'ancien PDG de Microsoft à l'Elysée. Il enjoint la France à ne pas baisser le budget consacré aux pays pauvres.

En pleine phase de remaniement du gouvernement, François Hollande a reçu mardi au palais de l'Elysée l'ancien PDG de Microsoft Bill Gates. Au programme, une discussion autour de sujets chers à Bill Gates et au centre de sa fondation Bill et Melinda Gates, à savoir : le développement, l'aide aux pays pauvres et la solidarité internationale.

"Cette rencontre a permis un échange approfondi sur les défis à relever dans le domaine du développement et de la solidarité internationale, notamment en Afrique [...] Le président de la République et Bill Gates ont convenu de poursuivre leur implication commune au sein du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, de l'Alliance mondiale des vaccinations (GAVI) et d'UNITAID", peut-on lire dans un communiqué de la Présidence. 

5
Bill Gates lors de sa venue en France mardi. © Présidence de la République

Une taxe sur les transactions financières à l'échelle européenne

Les deux hommes sont également tombés d'accord sur la nécessité de recourir à des financements innovants pour le développement et l'aide aux plus démunis, notamment par la mise en place d'une taxe sur les transactions financières à l'échelle européenne. François Hollande en a profité pour réaffirmer l'engagement de la France en faveur de la solidarité internationale, malgré un contexte économique et budgétaire tendu.

"J'espère que les électeurs, les hommes politiques, le président dans son rôle de leader choisiront de ne pas réduire l'argent qui est destiné aux pays pauvres", a par ailleurs fait savoir Bill Gates interrogé par Le Monde

Egalement interpellé sur la problématique de la protection des libertés individuelles, Bill Gates a par ailleurs estimé, en substance, que le défi du monde numérique actuel est de trouver un équilibre entre la préservation de la vie privée et la capacité à détecter les personnes ayant des mauvaises intentions. Tout en posant la question de savoir à qui faire confiance pour utiliser ce type d'information de façon appropriée, sans toutefois y répondre... 

Microsoft / Bill Gates