Affaire d'espionnage : Gemalto affirme que ses cartes SIM sont sécurisées

Sans le démentir, le constructeur minimise l'impact des récentes révélations de The Intercept selon lesquelles la NSA aurait volé les clés de chiffrement de ses cartes SIM.

Le 22 janvier dernier, The Intercept révélait l'existence d'une collaboration entre la NSA et les services secrets britanniques visant à mettre au point un système industriel d'écoutes illégales des communications mobiles. Dans le cadre de cette vaste opération, le Quartier général des communications du gouvernement britannique (GCHQ) aurait subtilisé les clés de chiffrement des cartes SIM de Gemalto, l'un des leaders du secteur.

Gemalto avait déjà indiqué prendre ces informations très au sérieux, et a vite lancé des investigations pour "comprendre l'ampleur de ces techniques sophistiquées". Dans un nouveau communiqué de presse publié ce 23 janvier, le groupe néerlandais fait part d'une première analyse. "Nos premières conclusions indiquent déjà que nos produits SIM (tout comme les cartes bancaires, passeports, et autres produits et plateformes que nous commercialisons), sont sécurisés. Notre groupe ne s'attend pas à faire face à un préjudice financier important."

Le fabricant annonce la tenue d'une conférence de presse mercredi 25 février à 10h30 pour communiquer sur les détails de ses investigations.