Le récapitulatif de l'actualité informatique de l'été

Réduction massive d'effectif chez Motorola (Google) et Alcatel-Lucent, des bloggeurs payés par Oracle, RIM sur le point de vendre des licences Blackberry 10... Récapitulatif des actualités marquantes de l'été.

Dans le secteur informatique, l'été 2012 n'aura pas donné lieu à d'énormes acquisitions, comme cela avait été le cas en 2010 lorsque McAfee avait été racheté par Intel pour plus de 7,6 milliards de dollars, ou en 2011, avec le rachat surprise d'Autonomy par HP, pour plus de 10 milliards de dollars.

Mais, dans le secteur IT, les dernières semaines ont été marquées par l'annonce de sévères réductions d'effectif chez des acteurs de premier plan, des rebondissements inattendus dans des affaires opposant les ténors du secteur, sans oublier, bien sur l'imminence d'un nouveau filtre Google Penguin plus sévère, et de nouvelles annonces autour de Windows 8.

Google va supprimer 4 000 emplois chez Motorola Mobility

Un an après avoir annoncé acquérir Motorola Mobility et ses 17 000 brevets, Google révèle aujourd'hui vouloir tailler un cinquième des effectifs du géant de la mobilité, soit 4 000 postes, et fermer le tiers de ses bureaux dans le monde - soit 94 antennes. Tous les détails du plan ne sont pas encore connus, mais Motorola Mobility devrait notamment freiner certaines de ses activités en Asie et en Inde, et recentrer sa R&D aux Etats-Unis et à Pékin. Ses dépenses en Supply Chain devront également être considérablement revues et diminuées. Sous le giron de Google, Motorola a perdu 233 millions de dollars. Ses activités dédiées à la téléphonie ont presque toujours affiché des pertes chaque trimestre depuis 4 ans.

Le plan a été annoncé dans la presse par le nouveau responsable de Motorola Mobility, Dennis Woodside. Ce dernier a expliqué vouloir retirer la société des marchés non rentables et de celui des smartphones bas de gamme. Moins de modèles seront aussi proposés. 

Alcatel-Lucent supprime aussi 5 000 emplois

Alcatel-Lucent avait prévenu, fin juillet, que ses résultats trimestriels ne seraient pas aussi bons que prévu. Quelques jours après, l'entreprise annonçait un chiffre d'affaires en repli de 7%, une perte de 254 millions d'euros, mais aussi une restructuration massive qui devra passer par la coupe de 6% de ses effectifs mondiaux. Soit 5 000 emplois. De quoi économiser 1,25 milliard d'euros d'ici fin 2013, a calculé l'équipementier qui avait affiché ses premiers bénéfices annuels en cinq ans l'année dernière. Les pays concernés par les suppressions de postes n'ont pas été précisé, mais la société, dont le siège est à Paris, emploie 9 000 personnes dans l'Hexagone. Un rendez-vous entre le nouveau ministre de l'Industrie, Arnaud Montebourg, et le président d'Alcatel-Lucent, Philippe Camus, doit avoir lieu dans les prochains jours.

google penguin
A en croire Google, le prochain déploiement du filtre Penguin va faire beaucoup de dégâts... © Montage avec Fotolia (Julien Tromeur)

Google fait peur aux SEO en annonçant un Penguin plus sévère

Lors d'une conférence donnée cet été, Matt Cutts, le responsable de la lutte anti-spam au sein du moteur de Mountain View, a répondu à quelques brûlantes questions concernant les prochaines mises à jour de Google Penguin. Il a d'emblée annoncé que le prochain déploiement du filtre allait être particulièrement corsé, et provoquer de très nombreuses secousses. Il a même estimé qu'il ne valait mieux pas que les responsables SEO aient à y faire face...

Quant à la date de prochain déploiement, Matt Cutts a expliqué que Penguin suivait le même développement que Panda. Pour mémoire, ce dernier algorithme avait bénéficié de plusieurs mois de travail pour être amélioré avant sa première itération. Le deuxième déploiement avait d'ailleurs été accompagné de plusieurs modifications substantielles. Et si aujourd'hui, les déploiements du filtre Panda se font à un rythme presque mensuel, ils ont aussi nettement moins d'impact. Cela devrait être pareil avec Penguin.

"Google Penguin n'en est qu'à ses débuts", a affirmé Matt Cutts expliquant que les ingénieurs de Google travaillent encore beaucoup dessus, peaufinant l'algorithme et en y incorporant de nouveau signaux. "Il faut désormais s'attendre à ce que les quelques prochaines mises à jour de Google Penguin prennent plus de temps et incorporent de nouveaux signaux. Elles auront en conséquence plus d'impacts visibles", a ainsi prévenu Matt Cutts.

 A lire également, sur le même sujet, notre article : "SEO, ce que Google a changé cet été"

 RIM veut vendre des licences Blackberry

L'hypothèse avait été évoquée, elle est désormais confirmée, par le PDG de RIM, Thorsten Heins : l'entreprise canadienne prévoit désormais clairement de commercialiser son OS Blackberry 10 sous forme de licence à d'autres fabricants. A en croire nos confrères de Bloomberg citant Thorsten Heins, l'OS serait actuellement en phase finale de test, et bientôt prêt pour faire tourner du matériel non signé par RIM. Reste à savoir qui seront les fabricants volontaires... Cela n'empêchera cependant pas RIM de vendre, en parallèle, ses propres terminaux équipés de Blackberry 10. Ces derniers sont attendus pour début 2013. D'ici là, selon les chiffres de StatCounter, les parts de marché des terminaux dotés de Windows Phone (en base installée) devraient avoir dépassé celles des Blackberrys outre-Atlantique.

windows 8 surface exciting times
Microsoft est dans la dernière ligne droite avant la commercialisation de Windows 8 et de sa tablette Surface. © JDN

La liste des 5 fabricants prêts pour Windows 8 RT connus : Toshiba et HP passent leur tour

Dell, Lenovo, Samsung, Asus et donc Microsoft en seront, mais pas HP ou Toshiba. Peu après avoir envoyé la version RTM de Windows 8 à ses partenaires OEM, début août, comme prévu, Redmond a révélé la liste des cinq premiers fabricants de terminaux équipés de processeur ARM qui tourneront avec Windows 8 RT.

Microsoft avait déjà annoncé la version ARM de sa tablette Surface, tout comme Asus avec une déclinaison pour Windows 8 RT de ses tablettes Transformer (elles aussi munies d'un dock clavier). Pour les modèles des autres partenaires, Microsoft explique qu'il faudra attendre les informations des fabricants pour en savoir plus, tout en promettant des batteries de longue durée et pensées pour une connexion permanente.

Manquent cependant dans cette première liste HP et Toshiba, qui ont confirmé préférer se concentrer sur la technologie Intel, du moins pour le moment. Acer n'est pas non plus dans la liste. Si une tablette Windows 8 RT de son cru continue d'être attendue l'année prochaine, le Taïwainais s'est publiquement montré très sceptique sur les performances de Windows RT et n'a guère apprécié de voir Microsoft s'attaquer aux hardware... A suivre.

A lire également, sur le même sujet, notre article : "Windows 8 : Microsoft dans la dernière ligne droite

Des bloggueurs payés par Oracle ou Google lors du procès qui les oppose ?

Quel sont les bloggeurs et les auteurs de contenus qui se sont exprimés sur le procès Oracle-Google tout en étant rémunérés par l'un de ces deux géants ? C'est ce qu'a expressément demandé le juge en charge de l'affaire, William Alsup, aux deux acteurs. Oracle a ainsi rappelé avoir rémunéré l'expert Florian Müller, auteur de plusieurs billets sur le conflit juridique sur son blog bien connu Fosspatents.com. Florian Müller n'en avait d'ailleurs pas fait mystère. Google a de son côté affirmé n'avoir rien à se reprocher de ce côté-là, contrairement à ce que prétend Oracle. Une réponse que William Alsup a jugée incomplète. Il a exigé que Google revoie sa copie.

Itanium : Oracle perd face à HP

Une autre affaire juridique impliquant Oracle a également trouvé son dénouement cet été, là encore en sa défaveur : celle qui l'oppose à HP dans le cadre de l'affaire des serveurs Itanium. La justice a en effet donné tort à la firme de Larry Ellison, qui avait décidé d'abandonner ses développements pour les plates-formes Itanium. Le juge a rappelé qu'Oracle s'y était pourtant contractuellement engagé. Il a ainsi demandé à Oracle, non seulement de continuer à développer des solutions supportant les serveurs Itanium, mais aussi de dédommager HP à hauteur des dommages subis. Oracle a annoncé vouloir faire appel.

TomorrowNow : SAP consent à payer 306 millions de dollars à Oracle

Pas sûr que cela puisse totalement permettre à Larry Ellison de se consoler des deux récents revers juridiques évoqués plus haut, mais SAP est désormais d'accord pour lui reverser la somme de 306 millions de dollars dans le cadre de l'affaire TomorrowNow. Si l'éditeur allemand a reconnu ses torts depuis longtemps (avoir dérobé des documents et des logiciels appartenant à Oracle), il restait à s'accorder sur le montant des dommages causés. La justice les avait dernièrement estimés à 272 millions de dollars, bien loin des 1,3 milliard demandés initialement par le jury.

Ce nouvel accord permet aux deux acteurs d'économiser certains frais juridiques, mais aussi à Oracle de pousser l'affaire en appel (une démarche moins coûteuse outre-Atlantique) afin de tenter de rétablir le montant initial de 1,3 milliard de dollars d'amende. Oracle étant désormais garanti d'obtenir au moins  306 millions de dollars.

RIM / Google