Dans les coulisses informatiques de Facebook Facebook : le datacenter "le plus efficace et économique possible"

Durant ses premières années, Facebook louait des ressources dans un datacenter situé en Caroline du Nord. Puis, en 2007, le site en forte croissance a également dû louer d'autres infrastructures, cette fois-ci situées en Virginie. Ayant continué sa croissance exponentielle, le réseau social a ensuite choisi de bâtir, à partir de zéro, son premier datacenter maison, à Prineville dans l'Oregon.

 

Un lieu pas choisi au hasard

 

les serveurs de facebook ont été construits sur mesure.
Les serveurs de Facebook ont été construits sur mesure. © Alan Bradt. Facebook.

Partir d'une page blanche a permis à Facebook de concevoir de A à Z une infrastructure optimisée pour ses besoins. Deux ans de travail et de réflexion ont été nécessaires afin de construire "le datacenter le plus efficace et économique possible".

 

Le lieu, dans l'Oregon, n'a pas été choisi au hasard : c'est en plein désert et en altitude. L'air y est donc frais et sec. Les nuits y sont fraîches, voire froides, et les journées chaudes. Facebook profite de ce climat : le datacenter garde la chaleur générée par les serveurs pour les réchauffer lorsqu'il fait trop froid, et utilise l'air frais de la nuit pour les refroidir les journées chaudes. Une salle filtre l'air, une autre le mélange à l'air chaud issu de la salle des serveurs ou le refroidit en pulvérisant de l'eau évaporée : l'ingénieux système se fait principalement dans un espace appelé Penthouse, de la taille d'une piste de porte-avion.

 

Des serveurs et une alimentation électrique sur mesure

 

Les serveurs eux-mêmes ont également été faits sur mesure. Environ 50% plus grand que la moyenne, ils bénéficient ainsi de ventilateurs plus grands, qui peuvent donc tourner moins vite. Facebook dépense ainsi moins d'énergie pour refroidir les machines. Si le système de ventilation consomme normalement en moyenne 10 à 20% de l'énergie totale nécessaire pour un serveur, Facebook indique que le sien n'en consomme que 2 à 4%.

 

Un datacenter qui consomme 8% d'énergie en moins et coûte 25% moins cher.

L'alimentation électrique a d'ailleurs aussi été totalement personnalisée. Autre point différenciant majeur par rapport à une installation standard : Facebook utilise un système de 277 volts, là où les autres datacenters se basent sur du 208 volts qu'ils doivent préalablement convertir. Facebook réduit ainsi la quantité d'énergie perdue durant la conversion. L'alimentation accepte aussi à la fois le courant alternatif et continu : en cas de panne de courant, le serveur bascule sur une alimentation continue.

 

Une facture énergétique réduite

 

Au final, Facebook annonce que son rapport entre l'énergie fournie et utilisée, correspondant à l'indice PUE, oscille entre 1.05 et 1.10 - soit tout proche de l'idéal rapport de 1 pour 1, et assez loin de la moyenne des autres datacenters, qui se situent plutôt autour de 1,6 voire 1,8 (un domicile pouvant atteindre 3 PUE).

 

Selon les chiffres donnés par Facebook, et comparé aux précédentes infrastructures utilisées par le réseau social, ce datacenter, qui fonctionne depuis le printemps dernier, consomme 38% d'énergie en moins et coûte, à l'exploitation,  25% moins cher.

Serveurs / Innovation