L'innovation : une question de survie pour les DSI ? La reprise va-t-elle redynamiser l'innovation IT ?

La direction des systèmes d'information (DSI) de GDF Suez fait partie de celles qui n'ont pas cessé d'innover à l'heure de la crise. Pour preuve, la DSI a lancé en février 2010 un intranet consacré au partage d'idées sur l'innovation informatique. 

"Il est vrai néanmoins que nous nous sommes concentrés depuis 2004 sur des chantiers de transformation consécutifs à l'ouverture à la concurrence des marchés de l'énergie au sein de l'Europe, la séparation entre EDF et GDF en France, et la fusion des entreprises Suez et Gaz de France. Ce contexte ne contribuait pas à rendre l'innovation prioritaire pour les métiers", analyse Patrick Comont, responsable du service Vendor Relationship Management, Innovation et Green IT au sein de la DSI de GDF Suez. 

benoît bouffart est manager practice télécoms & innovations chez solucom.
Benoît Bouffart est manager Practice Télécoms & innovations chez Solucom. © Solucom

 

Reste à savoir si l'arrivée à terme de ces chantiers va conduire à un retour de l'innovation IT sur le devant de la scène. "Nous avons su mener tous ces grands projets, et les mettre en œuvre dans les délais. Nous devons maintenant prouver que nous sommes capables d'en faire autant pour les projets innovants, et être force de propositions et source de valeurs sur ce terrain pour nos métiers", poursuit Patrick Comont. C'est à ce prix que l'innovation IT pourra progresser dans l'estime des clients internes. 

 

Des idées accumulées pendant la crise qui commencent à se concrétiser


Plus globalement, la tendance serait à une relance des projets innovants. C'est le constat que fait la société de services Solucom. "Après le coup d'arrêt consécutif à la crise, les DSI réinitient des projets innovants", note Benoît Bouffart. Et le consultant d'annoncer le passage d'une ère dominée par la conservation des systèmes critiques existants (avec à la clé des actions de rénovation), à une phase de refonte complète par définition plus favorable aux innovations de rupture. "C'est la fin de la prime à la casse. Il va maintenant coûter plus cher de rénover que de redéployer de rien", résume-t-il.

Heureusement, la plupart des DSI s'est préparée à ce nouvel objectif. "Les phases de cadrage de projet se sont poursuivies pendant la crise même si les idées n'étaient pas mises en place, si bien que beaucoup de directions informatiques se sont retrouvées avec une accumulation de 15, 20 ou 30 idées clés." Et sachant l'optimisation réalisée ces dernières années en termes de gestion de projet, notamment autour des méthodes agiles, le consultant estime même que les entreprises françaises ont les moyens de rattraper rapidement ce retard.

Innovation / Projets informatiques