CV anonyme dans l'informatique : attentes et scepticisme CV anonyme : faux départ et vrai débat

Novembre 2009 a été marqué par le grand retour du CV anonyme sur le devant de la scène tant politique que médiatique. Pour donner un second souffle à cette initiative lancée il y a plus de 3 ans et demi - et qui a déjà fait l'objet d'une loi du 2 avril 2006 mais dont le décret d'application n'est jamais paru -, l'Etat semble enfin prendre le CV anonyme à bras le corps.

Sous l'impulsion de son commissaire à la diversité et à l'égalité des chances Yazid Sabeg, également P-DG de la SSII CS, l'initiative est aujourd'hui rentrée dans une phase pilote à grande échelle. Ainsi, une cinquantaine d'entreprises, parmi lesquelles Accor, Axa, La Poste ou encore BNP-Paribas, Coca-Cola et Eurodisney se sont lancé dans ce projet d'envergure.

Les premiers pilotes ont été lancés dans une poignée de grandes SSII

Mais pour l'heure, rares sont les entreprises à s'être jetées à l'eau et nombreuses sont celles qui attendent d'y être contraintes par décret.  A vrai dire, seule une poignée d'organismes dont le Conseil régional d'Aquitaine ou encore la SSII Norsys (lire notre article du 10/02/2006) ont osé franchir le pas.

Cela n'a en revanche pas été le cas pour d'autres SSII telles que Capgemini, ou encore Business & Decision qui n'ont d'ailleurs pas souhaité s'exprimer sur le sujet. Et ce, bien que certaines dont Atos Origin et Accenture ont tout de même mené des premiers pilotes relatifs au CV anonyme.

Censé apporter une sécurité pour les candidats à l'embauche envers un processus arbitraire - ou conscient - de présélection des profils sur la base de critères personnels et plus uniquement professionnels, le CV anonyme est cependant loin d'être entré dans les mœurs.

Autour du même sujet