Les diverses facettes du prestataire informatique en PME/TPE Employé, mais aussi franchisé ou indépendant

Proposer son talent pour maintenir et réparer l'installation informatique d'un particulier, d'une PME, ou d'une profession libérale peut se faire sous un statut différent de celui de salarié dans une entreprise. Les franchises et les indépendants sont deux solutions qui peuvent être envisagées.

Si selon certaines sources un technicien bien formé et réactif peut réaliser un chiffre d'affaires mensuel de 4 000 à 5 000 euros, le fait de se lancer seul demande de posséder au départ des connaissances techniques pour crédibiliser ses interventions. Par ailleurs, la démarche commerciale de prospection et de suivi de clientèle incomberont au technicien lui-même.

Mais du côté des avantages, on trouvera le fait qu'un local commercial n'est pas nécessaire pour débuter, le travail pouvant être effectué chez le client ou chez soi, ce qui permet une mise de départ de 10 000 euros minimum. Il est cependant conseillé de travailler en duo avec un commercial qui prendra en charge cette partie du travail qui requiert des connaissances spécifiques. Par ailleurs, l'emploi de techniciens pour assurer la croissance de l'entreprise devra constituer un volet de développement ultérieur à ne pas déconsidérer.

PC30 a signé un contrat avec Monsieur Bricolage, et répartit les prestations sur ses différents franchisés.

Une autre option, qui permet de bénéficier des avantages d'un réseau est le système de franchise. "Nous avons chez nos franchisés des profils techniques comme des profils de gestionnaires", explique Laurent Hayotte, de PC30. "Il faut que le franchisé arrive à percevoir son activité en termes de centre de profit".

PC30 qui a signé un contrat de déploiement informatique avec l'enseigne Monsieur Bricolage répartit les prestations sur ses différents franchisés en fonction de leur proximité géographique. Un avantage procuré par la franchise, bien qu'une grande partie des contrats provient d'un bassin local que le franchisé aura fait prospérer.

Mais il faut aussi considérer que la consolidation de ce marché provoque la diminution des contrats de franchise, certaines entreprises désormais préférant ouvrir des agences directement rattachées à la maison mère. Depuis deux ans et demi, Bugbusters a choisi par exemple de ne plus utiliser le système des franchises, laissant stagner le nombre de ses franchisés à 10%. "Ce système nous permettait à l'époque de nous développer rapidement, surtout que nous n'avions pas la surface financière à l'époque pour faire autrement", explique Ronan Paul.

Autour du même sujet