Jeunes diplômés IT : les conseils pour préparer sa rentrée "Pendant la période estivale, il est encore temps de réagir pour se mettre à niveau"

Comment mettre à profit la période des vacances quand on est jeune diplômé ?

Si l'on est en recherche d'emploi, il faut tout d'abord être au clair sur son projet professionnel, ce que l'on souhaite faire, et par conséquent cibler les entreprises dans lesquelles on souhaite évoluer et aussi se demander pour quelles raisons on veut y rentrer.

Pour cela, il est indispensable de savoir mettre en évidence sa valeur ajoutée, objective, mais aussi subjective et personnelle. Il faut être au clair sur les différences que l'on peut apporter par rapport à d'autres individus, et identifier ses points forts dans des domaines aussi variés que les langues, les stages réalisés, les connaissances culturelles sur une région, sa bi-culturalité, ses compétences et aptitudes particulières.

Faut-il chercher à multiplier les contacts ?

On peut également mettre à profit cette période creuse pour rencontrer des gens et multiplier les contacts. Et pas seulement passer des entretiens d'embauche, mais aussi discuter avec des personnes qui sont en poste dans les entreprises pour lesquelles on éprouve un intérêt, une envie de s'investir.

Cette démarche permettra de mieux connaître la culture de l'entreprise, ses projets, ses codes, autrement que par la voie officielle de son DRH ou de sa communication loin d'être toujours proches de la réalité des choses.

Cela permettra également de connaître ses fonctionnements, ses hommes clés et d'identifier par la même occasion ses recruteurs. Mais aussi de vérifier que l'entreprise dans laquelle on souhaite postuler convient autant que ce que l'on pourrait penser.

Est-ce le moment propice pour se remettre à niveau ?

"Lorsque l'on fait son entrée dans l'entreprise, il est impératif d'être sensibilisé à la première impression que l'on va donner "

On peut également profiter de la période creuse pour effectuer des mises à niveau autant que cela se révèle nécessaire. C'est également valable pour les jeunes diplômés qui font leur entrée sur le marché du travail mais qui se seraient un peu survendus, par exemple dans le domaine des langues. Il est encore temps de réagir, car la première chose qui compte, c'est la première impression que l'on donne.

Mais il ne faut pas oublier non plus que la période des vacances est aussi faite pour se ménager, se reposer et profiter de son temps libre pour déconnecter du quotidien.

Que faut-il absolument ne pas négliger quand on fait sa rentrée dans le monde du travail ?

Il est impératif d'être sensibilisé à la première impression que l'on va donner. Car on n'a jamais deux fois une chance de faire une première bonne impression. C'est pourquoi il est impératif de soigner son entrée en scène et éviter les maladresses comme ce qui peut être interprété comme un signe d'arrogance, un comportement qui ne cadre pas avec la culture de l'entreprise.

Une réputation a en effet vite fait le tour de l'entreprise, des assistantes jusqu'au patron et à son N+2. Il faut sur ce point se montrer capable de sortir ses antennes pour détecter la façon la plus appropriée de se comporter dans ce nouvel environnement.

Certains jeunes diplômés qui font leur entrée dans l'entreprise sont-ils plus accompagnés que d'autres ?

Dans certains cas, on pourra assigner un mentor au jeune collaborateur pour lui assurer la meilleure intégration possible dans l'entreprise. Dans d'autres, les relations ne sont pas formalisées et il faut savoir se débrouiller.

"Avec l'expérience, la dimension humaine est si importante qu'elle contribue à façonner non seulement la carrière du collaborateur, mais aussi l'ensemble de la vie future"

D'ailleurs, il n'est pas rare d'en apprendre autant sur l'entreprise qu'en allant déjeuner à la cantine ou en allant faire un tour à la machine à café. Elle constituera d'ailleurs l'un des meilleurs moyens pour observer ses codes en vigueur, qu'ils soient d'ordre culturels, relationnels ou encore vestimentaires.

Dans tous les cas, un effort d'adaptation important est nécessaire. Il faut se montrer curieux, s'adapter à son environnement, sans toutefois oublier de concilier ses tâches professionnelles aux aspects humains.

Les gens sont également sensibles au fait que l'on soit capable de retenir leur prénom en un minimum de temps, qui s'avère beaucoup plus difficile qu'on ne pourrait le croire. Il faut pouvoir exercer sa mémoire, ne pas être uniquement centré sur soit et être ouvert à son environnement pour développer son savoir-être, aussi important que le savoir-faire, voire plus, avec de l'expérience.

Et après ?

Surtout si l'on intègre l'entreprise dans le cadre d'une période d'essai, les 100 premiers jours sont très importants. Il faut impérativement profiter de cette période pour rassurer au maximum ses responsables sur le fait que l'on a bien compris le cadre de sa mission, les attentes vis-à-vis de son poste et que l'on s'adapte bien à la culture de l'entreprise, à son N+1 mais aussi avec le reste des équipes.

Pendant cette période, il s'agira également de mettre en avant les signaux forts de ses réalisations les plus emblématiques, aussi bien à son N+1, qu'à ses pairs ou à ses collaborateurs que l'on encadre si c'est le cas.

Il faut du travail pour être en mesure de comprendre la géopolitique interne des relations entre collaborateurs, saisir l'organigramme caché de l'entreprise, identifier ses alliés, les personnes à contourner et tisser des liens sociaux en complément de ses relations professionnelles. La vie de bureau ne limite pas à traiter des dossiers et des tâches.

L'aspect humain est très important. Avec l'expérience, cette dimension est si importante qu'elle contribue à façonner non seulement sa carrière, mais l'ensemble de sa vie future.

 

Christian Ract est consultant senior DBM Dirigeants au sein du cabinet de conseil DMB, spécialisé dans la gestion des carrières, l'outplacement et le coaching.

Autour du même sujet