L'ex Fujitsu-Siemens licencie 12% de ses effectifs

Début novembre, Fujitsu devenait le seul maître à bord après le désengagement de l'allemand Siemens du capital de la co-entreprise. Contre le versement de 450 millions de dollars, le japonais avait ainsi acquis les parts de son ex-partenaire. L'ex-groupe Fujitsu-Siemens est donc en pleine réorganisation. Et c'est le personnel qui va le premier en expérimenter les effets. La direction a en effet annoncé qu'elle allait licencier près de 12% de ses effectifs, soit 700 de ses 6 000 salariés allemands.

Les plus touchés seront les employés des sites de production d'Augsburg et Sömmerda. Dans un communiqué, l'entreprise justifie ces suppressions d'emplois par la perte de parts de marché sur le secteur des PC grand public. Priorité donc à la compétitivité. Une autre piste fait déjà l'objet de spéculations : une restructuration dans la perspective d'une cession des activités grand public à un repreneur. Le nom de Lenovo a été cité à plusieurs reprises.

Autour du même sujet