Des méthodes de recrutement originales dans l'informatique LinkedIn et Viadeo, des réseaux sociaux complémentaires chez Open

laurent benazera, directeur recrutement d'open.
Laurent Benazera, directeur recrutement d'Open. © Open

Chez Open, près d'un recrutement sur cinq se fait via les réseaux sociaux. "Nous avons senti une bonne réceptivité sur les réseaux sociaux professionnels, particulièrement connus dans le domaine informatique", explique Laurent Benazera, directeur recrutement d'Open.

 

Il ajoute : "chaque réseau a ses petites particularités. LinkedIn, sur lequel Open est présent depuis 3 ans, est notamment très utile pour les recrutements à l'international. Ses membres ont aussi des profils un peu différents en termes d'expérience professionnelles que ceux de Viadeo."

 

Open s'est essayé sur les réseaux sociaux axés sur le grand public

 

Cette diversité arrange le recruteur. Récemment lancé dans une campagne de recrutement, Open compte actuellement 3 800 collaborateurs, et mise sur près de 430 embauches pour 2010 et 700 en 2011. Parmi les profils recherchés certains sont plus difficiles à recruter, "si les seniors maîtrisant J EE sont relativement facile à trouver, ceux ayant en plus une expertise dans un métier ou un secteur, comme le multimédia, le sont nettement moins", poursuit Laurent Benazera. Mieux vaut alors multiplier les méthodes et même en expérimenter certaines.

les réseaux sociaux sont un nouveau canal permettant d'enrichir les échanges
Les réseaux sociaux sont un nouveau canal permettant d'enrichir les échanges avant le premier entretien. © Thinkstock - Hemera

Dans cette optique, Open s'est aussi essayé sur les réseaux sociaux axés sur le grand public. Avec un résultat plus mitigé. Selon Laurent Benazera, Facebook a l'avantage de ses inconvénients :  "il souffre du handicap de mettre à disposition une cible trop large". 

 

Un canal utilisé comme outil de préqualification

 

Un compte Twitter a aussi été crée mais il n'a pour l'instant débouché sur aucun recrutement. "Nous expérimentons, c'est un test. Peut-être que l'expérience ne sera pas concluante et que nous l'arrêtons. C'est comme ça que nous progressons dans le recrutement".


Mais les réseaux sociaux ont d'ores et déjà trouvé leurs intérêts. Ils se sont révélés être d'excellents compléments aux méthodes plus classiques. "Souvent ce sont des lieux d'échange : après avoir lu une annonce sur un site dédié un intéressé viendra y poser des questions plus précises sur le poste, la société et ses éventuelles perspectives de carrière. C'est une nouvelle phase préliminaire interactive avant un éventuel entretien, comme une préqualification. Ces nouveaux outils ont donc aussi un nouveau rôle", conclut Laurent Benazera.

Recrutement / Réseaux sociaux