INTERVIEW 
 
Franck Ferront
Ergonome
Cartesis
Franck Ferront
"Etre ergonome, c'est aussi avoir des compétences informatiques"
Franck Ferront est ergonome chez l'éditeur de logiciels de reporting financier. Pour lui, réussir un projet de conception repose sur une bonne connaissance de la technologie déployée, et surtout sur l'étude du métier et des activités des utilisateurs.
19/05/2005
 
Web-ergonome
Retour au sommaire
JDN Solutions. Quels conseils donneriez-vous à un jeune diplômé qui souhaite devenir Web-ergonome ?
Franck Ferront. D'abord qu'il doit profiter de son stage de formation pour développer au maximum son expérience de contact avec les utilisateurs et notamment apprendre à gérer des tests. Il doit s'intéresser particulièrement à l'univers du Web. Pour cela, je lui conseille de faire des sites Internet pour montrer ses compétences techniques : qu'ils connaissent les outils utilisés dans le Web et le langage d'Internet. Mais quel que soit le média sur lequel il travaillera, il est d'abord ergonome : les outils et les méthodes sont les mêmes.

Et lors de son entretien d'embauche, quelles compétences doit-il mettre en avant ?

Il sera probablement face à des interlocuteurs proches de la technique. Il faut qu'il ait du répondant: montrer qu'il sait designer graphiquement des écrans avec Illustrator, Photoshop, en HTML, PHP, .NET, etc., et se situer parmi tous les langages de programmation. De plus, parler anglais est aujourd'hui un plus. Par exemple chez Cartesis, mes interlocuteurs sont internationaux.

Il doit aussi avoir un bon relationnel. 50 à 70% des offres d'emplois passent par son réseau personnel, et entre 50 et 30% par des forums dédiés. Mais je lui recommande aussi de prendre contact avec l'ensemble des prestataires Web et de proposer ses compétences.

Quelle est votre parcours ?
J'ai une maîtrise en informatique. Ensuite, j'ai fait un Master of Science à Montréal, à l'Ecole Polytechnique , qui est l'équivalent d'un DEA en ergonomie en France. Là-bas, j'ai étudié l'ergonomie du logiciel.

Après mes études, je suis rentré à Paris en 2000. J'ai travaillé en tant que Web ergonome dans une start-up qui avait un service d'adaptation de pages Web à la volée aux mal voyants et non-voyants. En parallèle, nous collaborions avec le laboratoire d'ergonomie de Paris 5 : on nouait des contacts pour nos missions.

Pour quel projets êtes-vous intervenu en ergonomie Web chez Cartesis ?
Cartesis propose notamment un logiciel de reporting financier. En 2001, une partie de ce logiciel a été portée sous interface Web, suite à la demande d'un client grand compte.

Dans une 1ère version, Cartesis a voulu refaire la même interface Windows en page HTML. Je suis intervenu après cette phase d'essai et j'ai eu besoin de convaincre mes interlocuteurs -une centaine de développeurs auxquels j'étais rattaché, mais aussi l'équipe marketing produit et les consultants chargés des dossiers clients qui avaient accès aux utilisateurs- pendant un an. Au départ, ils pensaient embaucher un ergonome, comme si ce simple fait garantissait la convivialité du produit final et leur permettait d'avoir les solutions clés en main.

La seule présence de l'ergonome ne suffit pas : il faut déployer toute une démarche"
Avez-vous aussi travaillé sur le site de Cartesis ?
J'ai effectivement fait des évaluations sur ce site, mais il s'agit d'avantage d'un site vitrine. Il y a trois types de sites Web : le site Internet, le site intranet et l'application Web. Dans ce dernier cas, on distingue les sites marchands et les applications dédiées, comme celle de Cartesis qui s'adresse à une population métier.

Qu'est-ce qui garantit la qualité d'un produit ?
Le cycle de développement et de conception d'un produit, donc la démarche. Un ergonome est certes indispensable. Mais il faut plus que ça : lui permettre d'étudier les utilisateurs pour qu'il puisse proposer différentes solutions. Cela nécessite de connaître le métier et les activités des utilisateurs. Il a donc fallu un an pour obtenir le budget et passer des tests utilisateur. Suite aux tests, ils ont pris conscience des problèmes ergonomiques.

Comment avez-vous testé les utilisateurs et analysé ensuite les données ?
Je les ai filmés en train d'utiliser le logiciel. La séquence complète me permet non seulement de comprendre leur environnement de travail, mais aussi de convaincre mes interlocuteurs en leur montrant des exemples concrets. Puis j'ai découpé ces séquences et les ai transposé sur Excel, ce qui m'a valu un à deux mois d'analyse. J'ai ensuite dressé la liste des priorités : une liste des problèmes principaux ordonnés selon les besoins des utilisateurs. Cette méthode est fiable car elle garantit le contrôle et l'exhaustivité des informations. Et la dernière phase du projet consistait à prototyper les solutions et à les évaluer. Une fois validées, nous les avons développées.

Quelles connaissances et outils sont nécessaires pour le Web ergonome ?
En France, tous les ergonomes ont des connaissances en psychologie. Donc je ne peux pas dire qu'il n'en faut pas ! Evidemment, ça facilite la communication avec les utilisateurs pour leur demander de les filmer, pour ne pas les gêner dans leur travail et être à l'écoute. En plus, il faut avoir des connaissances en communication, ce que l'on n'apprend pas à l'école, pour présenter nos travaux aux différentes équipes internes ou aux clients.

Mais pour moi, il est nécessaire d'avoir des connaissances en informatique car on doit travailler avec des experts dans ce domaine. On parle ainsi le même langage et on peut négocier. Je pense qu'on ne peut pas faire un bon travail de conception si on ne connaît pas la technologie avec laquelle on fabrique l'interface. Pour bien délimiter le rôle de l'ergonome par rapport aux autres, je dirais que son métier est de décider du contenu : il agence et met en forme l'application. Le développeur, quant à lui, s'occupe du code et le graphiste dessine l'interface. Mais tant que l'ergonome n'a pas établi les éléments de l'interface et leur organisation, il n'y a pas d'écran.

Web-ergonome
Retour au sommaire
Et du côté des outils ?
Qu'on doive concevoir un site marchand ou une application Web, on utilisera les mêmes outils comme je l'ai dit plus haut. On a des outils d'analyse -les observations des utilisateurs en milieu de travail-, des outils de conception, des storyboards ou des prototypes utilisés de manière itérative, et des outils d'évaluation, composés de tests utilisateur classiques.
 
Propos recueillis par Laëtitia LE TAC, JDN Solutions

PARCOURS
 
 
Franck Ferront, ergonome chez Cartesis

PARCOURS

Depuis 2001 : Concepteur/évaluateur d'applications Web et Windows - Cartesis
2000-2001 : Ergonome site Web - Visual Friendly
1992-2000 : Développeur et intégrateur Web

FORMATION :

2000 : Master of science en ergonomie du logiciel (Ecole Polytechnique de Montréal)
1997 : Maîtrise Informatique Appliquée à la Gestion Aix-en-Provence
1992 : Diplôme Universitaire de Technologie en Informatique & Electronique (Valence)

   
 
 
  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Auralog - Tellmemore | Publicis Modem | L'Internaute / Journal du Net / Copainsdavant | Isobar | MEDIASTAY
 
 


Emploi Voir un exemple
Solutions Voir un exemple
Management Voir un exemple
Rechercher dans les offres Emploi Stage
L'entreprise à l'affiche
   Dernières offres Toutes les offres 
    Responsable du site publicsenat.fr (CDD de 6 mois) H/ F - Chaine Parlementaire Public Sénat
    RESPONSABLE MAINTENANCE H/F - Page Personnel
    RESPONSABLE PÔLE ANALYSE H/F - Michael Page International
    DIRECTEUR(TRICE) DE RESTAURANT H/F - Michael Page International
    RESPONSABLE DES VENTES H/F - Michael Page International
Candidat Offres par mail | Son compte | Déposer son CV
Recruteur Publier une offre | Consulter les CV | Annoncer