La CMDB fédérée : moteur de l'efficacité de la gestion des services IT

De nombreux responsables informatiques ont adopté la méthodologie des meilleures pratiques basées sur l’ITIL afin de garantir que les pratiques de la gestion des services sont correctement alignées avec les objectifs identifiés de l’entreprise.

Dans le cadre d'ITIL, la Base de données de Gestion des Configurations (CMDB pour Configuration Management Database) fournit :

- un catalogue complet des actifs informatiques (CIs),
- les attributs individuels de chaque actif,
- les relations entre les actifs,
- la manière dont ils se combinent pour fournir le service à l'entreprise

 

Dans le cas d'une implémentation totale, une CMBD offre un modèle représentant l'environnement informatique de l'organisation, établissant de fait une structure en mesure de supporter tous les processus ITIL. Malgré l'importance d'une CMDB pour ITIL, de nombreuses organisations échouent dans leur tentative d'implémentation.

D'autres débutent l'implémentation, listent les CIs et définissent les relations entre eux mais s'arrêtent dès qu'elles ont obtenu une première amélioration dans la gestion des incidents. Les gains potentiels des gestions des changements, mises en production, disponibilités et capacités ne prennent alors jamais corps.

 

La raison principale de cet arrêt prématuré est liée à la fois à la complexité de l'implémentation initiale d'une CMDB, mais aussi aux besoins considérables en ressources pour la maintenir à jour. La nécessité de recenser tous les CIs, de définir toutes les relations entre eux et de maintenir l'ensemble de ces informations en adéquation avec une infrastructure toujours changeante peut s'avérer insurmontable.

 

Le concept de CMDB fédérée, modèle conçu pour traiter les difficultés des ressources inhérentes aux modèles traditionnels et centralisés, apporte une réponse efficace à ces problématiques et semble constituer une alternative crédible aux enjeux des entreprises. Les CMDB fédérées permettent de regrouper automatiquement des informations sur l'environnement à partir d'outils de gestion du réseau, ainsi que de sources de données préexistantes. Cet aspect garantit la maintenance d'une CMDB détaillée, précise et efficace, tout en faisant appel à un minimum de ressources.

 

La motivation première et inhérente à une CMDB fédérée est de s'assurer qu'une CMDB, efficace et actualisable, puisse facilement être mise en oeuvre et apporter ainsi de la valeur à la gestion des services informatiques. Plutôt que de stocker toutes les données de configuration au sein d'un référentiel unique, centralisé et faisant office de CMDB traditionnelle, une CMDB fédérée tire ses données de configuration d'un large éventail de sources.

 

Ces dernières peuvent inclure des outils de découverte externes, des systèmes de gestion d'annuaires ou des applications spécifiques à la Gestion des Configurations. Une CMDB fédérée offre ainsi la possibilité aux entreprises d'introduire et de gérer une CMDB à l'aide d'un minimum de ressources, tout en s'appuyant sur des investissements antérieurs dans des outils réseaux.

Une CMDB traditionnelle demande une saisie et une actualisation des données manuelles, engendrant des contraintes en termes de ressources, et le risque que la CMDB devienne obsolète. Le modèle de CMDB fédérée automatise une grande partie des éléments consommateurs de ressources et nécessaires à l'établissement et à la mise à jour d'une CMDB. Notons que selon Gartner, une CMDB fédérée doit fournir au minimum quatre fonctionnalités essentielles : Fédération, Réconciliation, Synchronisation, Cartographie/ Visualisation.

 

Pour répondre à ces quatre exigences, une CMDB fédérée doit pouvoir rassembler des informations issues de sources externes variées (comportant souvent des structures de données différentes) tout en actualisant un ensemble de données de base. En conséquence, une CMDB fédérée est typiquement calquée sur une architecture multicouche regroupant : la couche CMDB, la couche de données complémentaires des Cis, et la couche environnement

 

Enfin, la force d'une CMDB fédérée réside dans sa capacité à intégrer des sources de données externes. Une intégration traditionnelle non-fédérée est synonyme de solution rigide et captive, ainsi que de dépenses élevées en termes de développement et d'entretien.

La CMDB fédérée se distingue d'une intégration traditionnelle par une méthodologie connue sous le nom d'intégration « intelligente ». Les données externes sont actualisées au sein de leur référentiel d'origine et sont uniquement référencées par la CMDB fédérée.

Cette approche réduit grandement les coûts liés à la création d'informations précises et actualisées en s'appuyant sur les investissements déjà réalisés dans la gestion du réseau existant et dans les outils de découverte d'actifs. De plus, les données d'origine n'étant que référencées, les risques de duplication sont éliminés, augmentant d'autant la précision de la représentation de l'environnement.

 

Fort de ces éléments, le modèle de CMDB fédérée semble répondre efficacement aux attentes des entreprises et apporter une souplesse de mise en oeuvre plébiscitée par ces dernières. De plus en plus utilisé, il devrait rapidement devenir la norme sur le marché.

Autour du même sujet