CMMI For Development 1.2 : un modèle toujours en fort développement

Après une transition réussie vers la version 1.2, plusieurs nouveautés sont à mettre au crédit d'un modèle CMMI toujours en grande forme.

Alors que d’aucuns prédisaient un essoufflement du modèle CMMI (Capability Maturity Model Integration) du SEI (Software Engineering Institute), le 5e atelier annuel des évaluateurs et instructeurs du CMMI, qui s’est déroulé en octobre dernier, dans le Missouri, a mis en évidence un modèle toujours en grande forme, offrant de belles perspectives d’évolution et séduisant une communauté de plus en plus internationale.

Cet atelier annuel des évaluateurs et instructeurs CMMI rassemblait le petit monde des experts « CMMIers » chefs évaluateurs et instructeurs. L'occasion pour eux de faire le point sur les innovations du modèle CMMI et de la méthode d'évaluation associée SCAMPI.

En effet, après une transition réussie vers la version 1.2, plusieurs nouveautés sont à mettre au crédit d'un modèle toujours en grande forme.

Une exigence de qualité réaffirmée

La recherche d'une confiance sans faille dans sa marque conduit le SEI à renforcer ses exigences en matière de pratiques pour les évaluations SCAMPI A, notamment pour les hauts niveaux de maturité qui ont occupé une partie importantes des présentations cette année.

D'ailleurs, le SEI évolue d'une politique d'autorisation, vers une politique de certification, avec un examen écrit pour les chefs évaluateurs SCAMPI et une certification particulière pour les évaluations SCAMPI A aux hauts niveaux de maturité ; deux chefs évaluateurs ont déjà perdus leur autorisation.

Confirmant son haut niveau d'exigence, le SEI réaffirme son délai de réactivité de 30 jours, en réponse à la planification d'une évaluation par un Chef Evaluateur. Il prévoit également d'embaucher des seniors pour faire davantage d'audits sur site (en temps réel) ;

Le corps de connaissances des chefs évaluateurs

Autre nouveauté importante, le corps de connaissances du chef évaluateur. C'est un peu l'arrivée du KM (Knowledge Management) dans le métier des Chefs Evaluateurs. Le principe d'un tel document est d'expliciter les compétences requises d'un chef évaluateur, afin de servir de base à tout le cursus professionnel (sélection initiale, formation, perfectionnement, ...) et d'aider à la confection des examens écrits de certification  des chefs évaluateurs.

Ce corps de connaissances offre une vue bidimensionnelle, qui croise des domaines de connaissances, liés au métier de Chefs Evaluateurs (planifier une évaluation, préparer l'équipe et les participants ...) avec des groupes de compétence, liées au cadre de référence du cycle de vie des compétences. Par exemple, comment s'acquiert, se développe, se transmet ou se perd, la compétence de chef évaluateur.


La valeur des parties informatives  du modèle

Dans le modèle CMMI, il y a des parties requises, des parties attendues et des parties informatives. Dans le contexte d'une évaluation SCAMPI, les parties informatives ne constituent pas la loi, par définition ; mais il faut les prendre en compte pour interpréter correctement le modèle.

C'est là que se trouve la vraie « valeur » du modèle, notamment dans un contexte d'évaluation. Ceci s'applique aux hauts niveaux de maturité, mais aussi aux premiers niveaux de maturité.

Pour les hauts niveaux de maturité, les parties informatives du modèle CMMI permettent notamment  de mettre l'accent sur les modèles de processus qui permettent le calcul de la performance des processus et sous-processus qui composent celui du projet.  Ils doivent comporter des facteurs contrôlables (ex : volatilité des exigences, nombre d'années d'expérience dans le domaine, ...).


Une communauté de plus en plus étoffée et internationale

Ce 5ème atelier annuel des évaluateurs et instructeurs CMMI réunissait plus de 300 personnes dont une forte représentation de l'Asie et de l'Amérique latine, confirmant ainsi la bonne santé du modèle et surtout son côté universel.

Entre le 1er octobre 2006 et le 30 septembre 2007 :

-       18.758 personnes ont été formées au modèle CMMI par le SEI et, surtout, ses partenaires
-       30 nouveaux instructeurs ont été autorisés
-       46 nouveaux Chefs évaluateurs ont été autorisés
-       56 nouveaux chefs d'équipe SCAMPI B/C ont été autorisés
-       89 nouveaux chefs évaluateurs ont été certifiés « hauts niveaux de maturité »
-       1.040 évaluations SCAMPI class A ont été approuvées


Ce qui porte à plus de 75.000 le nombre de personnes formées au modèle CMM & CMMI par le SEI et, surtout, ses partenaires.

Avec l'arrivée du modèle CMMI-Acquisition et l'adaptation pour les petites entreprises, le modèle CMMI confirme sa vitalité et sa très grande capacité d'adaptation.

Autour du même sujet