Les CSP sonnent-ils le glas du BPO ?

La mise en place de Centres de Services Partagés permet de segmenter, rationaliser et industrialiser des activités, pour permettre d’engager ou non l’externalisation d’un métier, qu’elle soit partielle ou totale.

Le BPO... ce terme désignant l'externalisation des processus métiers (Business Process Outsourcing) a mis en émoi plus d'un dirigeant mais n'est-il pas déjà dépassé ?

On peut le penser. D'après une enquête publiée fin 2009 (source : Enquête sur les Centres de Services Partagés, Deloitte Conseil), dans un contexte économique difficile, 35 % des groupes interrogés affichaient une volonté ferme de loger leurs activités administratives et transactionnelles dans des Centres de Services Partagés (CSP), plutôt que dans le BPO.
 
Alors en quoi consiste un CSP ?

Par CSP, on entend la mise en commun au sein d'une entreprise des ressources et des compétences liées à un domaine d'activité précis. Prenons le cas d'un CSP RH : il peut, par exemple, être constitué d'instances de pilotage, d'un centre de contacts, de gestionnaires RH ou bien encore d'experts. Le CSP RH est pleinement autonome sur son périmètre d'action et refacture ses prestations RH en interne (études pour les managers, réponses aux salariés,...). Un CSP devient en quelque sorte une mini-entreprise dans l'entreprise !
 
Mais alors, quel est le lien entre le BPO et les CSP ? Pour quelles raisons l'un pourrait-il remplacer l'autre ?

C'est simple : mettre en place des CSP (SI, RH,...) permet de segmenter, rationaliser et industrialiser des activités mutualisables qui ne sont pas directement liées au coeur de métier de l'entreprise. En orientant l'organisation vers une décentralisation des responsabilités en faveur des CSP, on assiste à une "externalisation en interne".
Vous l'aurez compris, le service devenant industrialisé, si l'on considère X entrées et N sorties au processus métier, il suffit de rediriger les données en entrée vers un prestataire extérieur pour pouvoir véritablement "externaliser en externe".

La tendance initiée en 2010 semble se confirmer en ce début d'année 2011 parmi nos clients : les CSP sont de plus en plus recherchés par les groupes en quête d'une plus grande souplesse organisationnelle, tout en s'autorisant à gravir la première marche vers une éventuelle externalisation. En bref, les CSP peuvent être utilisés de deux manières : comme une alternative ou comme la première étape vers une externalisation du processus métier.

Autour du même sujet