Mise à jour Google Penguin : qui est touché, comment réagir ?

Après Google Panda, le moteur de recherche a lancé en avril 2012 la mise à jour « Penguin », pour lutter contre le spam. Si « Panda » visait avant tout à pénaliser les contenu de faible qualité et dupliqués, la mise à jour « Penguin » semble plus portée sur la qualité des backlinks.

Voici donc deux mises à jour complémentaires,  qui interviennent à un an d’intervalle,  dont le but est de purger Google des sites spammy qui squattent la 1ère page ?  Voilà un pari audacieux. Mais est-il réussi ?
A en lire les témoignages des webmasters sur la toile - et a fortiori les réactions des black hats SEO -, on se dit que Google Penguin a visé juste ! Pour autant il est impossible aujourd’hui de tirer la moindre conclusion ou de définir une vraie ligne directrice dans cette mise à jour qui semble avoir frappé à l’aveuglette un peu partout et laisse le monde du référencement pantois.
Il semblerait cependant que la plupart des sites pénalisés soient jeunes et pratiquaient, pour nombre  d'entre eux, la création de backlinks en masse sur des cibles pas toujours propres.
Cependant, certains webmasters se sont plaints sur les forums d’avoir vu des sites anciens, propres et aux backlinks irréprochables, pénalisés par cette nouvelle mise à jour. Ce dernier point a provoqué une certaine colère dans la communauté SEO et  a entrainé des initiatives telles que la mise en ligne d’une pétition pour le retrait pure et simple de Google Penguin (Google: Please kill your Penguin update!) : http://www.change.org/petitions/google-please-kill-your-penguin-update-l 
En parallèle, Matt Cutts, le responsable de la lutte contre le spam chez Google, a mis en place un formulaire sur lequel les webmasters peuvent envoyer la liste des sites qu’ils jugent injustement touchés : https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dEVxdmdRWFJRTjRoLWZVTHZkaTBQbkE6MQ&ndplr=1

Preuve est donc faite que l’algorithme pourrait encore subir quelques modifications.

Quel type de netlinking est désormais pénalisant ? 
Difficile à analyser dans le détail, les  nombreux témoignages de webmasters se contredisant sur ce point. Il semble qu’un ensemble de facteurs soit à l’origine de ce nouveau filtre.
Les communiqués de presse ont un temps été largement mis en cause par les référenceurs français. De nombreuses plateformes de CP avaient, en effet, subi un « petit » nettoyage au mois de février, certaines se voyant fortement pénalisées et avaient perdu du jour au lendemain leur page rank et/ou une partie de leur trafic.
Pourtant, de nombreux webmasters utilisant uniquement les communiqués de presse ont témoigné ne pas avoir été impactés par la mise à jour.
La répartition des ancres des backlinks semble également jouer un rôle important comme le laissent entendre de nombreux SEO américains depuis près d’un an.  En gros il est préférable de varier l’ancre des backlinks et  de faire des backlinks sur son url ou sur le nom de son site. Avoir 90% de ses backlinks sur un seul et unique mot clé n’est vraiment pas recommandé.

Astuce : Pour analyser la répartition de vos ancres il est possible d’utiliser des services tels que http://www.linkresearchtools.com/ ou  http://www.opensiteexplorer.org/

Le taux de rebond a également été évoqué dans certains articles http://www.gasymagnifik.com/la-penalite-de-google-penguin-en-sortir-facilement.html bien que de nombreux contre-exemples existent.

En résumé, il est peut-être encore trop tôt pour tirer des conclusions et réaliser des interventions sur vos sites. La mise en ligne du formulaire de réclamation de Google en est la preuve.

Comment se manifeste la pénalité Google Penguin ?
La pénalité se manifeste par une chute drastique du trafic du site, liée à une chute du positionnement sur un ou plusieurs mots clés. Du jour au lendemain un site qui se positionnait en première page sur un mot clé donné se retrouve au fin fond du classement (position > 100).
Il arrive que cette chute  ne dure que quelques jours, mais dans la plupart des cas la position se stabilise au delà de 100 durant plusieurs semaines et le site est tout simplement invisible sur Google, bien qu’on le trouve encore en tapant son nom de domaine ou en faisant la commande « site :url.com »
Enfin il est possible, si vous utilisez Google Webmaster Tools, que vous ayez reçu un message de Google vous avertissant que des liens factices ou de mauvaise qualité pointaient vers votre site.

Quels conseils pour échapper à ce filtre ?
Même si certains webmasters se plaignent d’avoir été impactés sur des sites ultra « clean » il semble que les actions de spam (spam de commentaires, profils de forum, splogs, communiqués de presse sur les plateformes ultra spammées)- n’aient plus vraiment la cote.
Le linking qualitatif devrait désormais prendre le pas sur le linking quantitatif (et ce n’est pas contraire au black hat !).
Il  faut désormais privilégier le netlinking « intelligent »: articles qualitatifs sur des plateformes non spammées, vrais commentaires de blogs constructifs,  guest blogging.... Le travail des SEO devrait en être que plus intéressant.
Il semble également que l’échange de liens et les annuaires de qualité fonctionnent toujours aussi bien.

Comment  sortir du filtre Google Penguin ?
Pour l’instant, difficile à dire. Logiquement, le plus simple est d’identifier les mauvais backlinks et de les supprimer. Mais cela n’est évidement pas toujours possible. Au niveau des optimisations « on page », il faut veiller à ne pas suroptimiser vos pages, et à présenter du contenu propre original et de qualité (le fer de lance de Google depuis des années).
Face au désarroi des webmasters impactés, le site américain Seomoz a annoncé qu’il travaillait sur la mise au point d’un logiciel de détection de spam qui pourrait aider les webmasters à identifier les raisons de leurs pénalités. https://plus.google.com/u/1/111294201325870406922/posts/gbeKneoTDh8

Bref pour l’instant les SEO sont plutôt dans l’expectative, et le plus sage reste encore d’attendre quelques semaines que les résultats se stabilisent avant d’agir.  Pendant ce temps-là, rien ne vous empêche d’analyser le profil de backlinks de vos sites avec des services tels que http://www.linkresearchtools.com/ (compte d’essai un mois gratuit).

La porte ouverte au NSEO ?
Clairement cette mise à jour à donné quelques idées aux référenceurs et aux black hats en particulier. S’il est si facile de se faire pénaliser, il peut devenir tentant pour des esprits mal intentionnés de générer des centaines de mauvais backlinks vers les sites de leurs concurrents.  Fort heureusement, cette technique ne fonctionne pas sur des sites déjà en place depuis des années et bénéficiant d’un fort indice de confiance auprès de Google. En revanche - et cela a déjà été testé-  il n’est pas si difficile de « sortir » un site jeune.

Autour du même sujet