Lancement annoncé des services en ligne de Microsoft

En version bêta depuis mars dernier, 4 nouveaux services SaaS seront ouverts aux entreprises françaises en 2009, pour un prix maximum de 15 dollars par mois et par utilisateur.

Microsoft emboîte définitivement le pas des éditeurs de logiciels concurrents en prenant le virage du SaaS pour servir le marché des entreprises. Lancés aux Etats-Unis en version bêta en mars 2008, les Microsoft Online Services se composent d'outils disponibles en ligne, hébergés dans des datacenters, de la firme de Redmond. Cette dernière a en effet profité de sa conférence partenaires à Houston pour donner plus de consistance à sa stratégie S+S, et peut-être aussi rassurer ses partenaires.

Si l'offre Online Services devrait être accessible dès cet automne pour les anglophones, les entreprises françaises de plus de cinq postes devront elles patienter jusqu'à 2009, semble-t-il en début de deuxième trimestre. Via un navigateur Web, les utilisateurs auront à leur disposition quatre applications de bureautique et de travail collaboratif pour un total de 15 dollars par mois et par utilisateur. Dynamics CRM Online, l'application de gestion de la relation client, devrait aussi intégrer la nouvelle offre de Microsoft.

Elles pourront toutefois ne souscrire qu'à une ou plusieurs applications en ligne, parmi lesquelles le serveur de messagerie Exchange Online, l'outil collaboratif SharePoint, la plateforme de communication Office Communications, ainsi enfin que Office Live Meeting regroupant les volets audioconférence et vidéoconférence de Microsoft.

Une version allégée Online basic Suite pour 3 dollars par mois

Les tarifications appliquées à chaque module seront respectivement de 10 dollars, 7,25 dollars, 2,5 dollars et 4,5 dollars par mois et par utilisateurs. Microsoft commercialisera également un offre allégée, Online basic Suite, comprenant des versions dites Basic de Exchange Online et de SharePoint Online, pour 3 dollars par mois par utilisateur pour les deux, ou 2 dollars chacune.

Il faudra en revanche compter avec notamment un espace de stockage limité à 100 Mo pour la messagerie, l'absence du push-mail vers les mobiles et de la publication sous SharePoint. Les prix en euros n'ont en revanche pas encore été communiqués. Ils devraient l'être en fin d'année.

Cette politique tarifaire des services en mode hébergé représente donc une surcote par rapport aux prix des licences en mode traditionnel, reconnait Microsoft. La valeur de cette solution, argue-t-il, se situe alors au niveau des coûts d'exploitation, réduits par rapport à un déploiement classique sur des serveurs administrés par l'entreprise. Dans son communiqué, Microsoft ne fait en revanche pas mention du prix pratiqué pour Dynamics CRM Online.

Quant aux possibles inquiétudes des partenaires de l'éditeur, Microsoft espère les faire tomber en confiant à son réseau partenaires la commercialisation de Online Services et en leur octroyant un intéressement. Ainsi, durant toute la durée du contrat, Microsoft accordera à ses revendeurs une commission de 12% de la valeur du contrat la première année, mais aussi une prime de 6% sur les cotisations payées annuellement par les entreprises clientes.

Même si Microsoft ne ferme pas pour autant la porte de la vente directe, il se veut donc rassurant, et dans un communiqué de presse cite notamment le français Orange Business Services, et le vice-président de Global Services, enthousiaste, Laurent Kocher :

"Orange Business Services est sur le point d'étendre son offre Microsoft en incluant l'offre Microsoft Online Services et ainsi d'élargir la vision et la stratégie S+S de Microsoft avec les services d'Orange. Nous voyons en effet de nombreuses opportunités dans le modèle partenaires proposé pour ces services. Il permet notamment à nos clients de choisir librement le type d'accès aux solutions de communication et de collaboration." 

En ce qui concerne un lancement en mode SaaS de sa suite bureautique, qui génère pour Microsoft chaque année d'importants bénéfices, la firme reste encore évasive. Ainsi, si Bill Gates avait annoncé une offre hébergée d'Office, aucune date n'est pour l'heure avancée. L'éditeur américain n'est peut-être pas encore il est vrai assez aiguillonné par la concurrence des solutions bureautiques en ligne, dont celles de Google.

Serveurs