Le ministère des Affaires étrangères allemand renonce aux logiciels libres

Après avoir déployé des solutions Open Source pour ses OS et ses outils de bureautique, le ministère annonce migrer vers des solutions Microsoft.

C'est une véritable volte face. En Allemagne, le ministère des Affaires étrangères avait commencé dès 2001 a migré ses serveurs vers Linux et avait poursuivi, en 2005, avec l'utilisation de logiciels Open Source comme Firefox, Thunderbird et OpenOffice. Les postes de travail étaient même configurés en dual boot Windows / Linux.

 

Le ministère publiait alors des rapports vantant des coûts par poste de travail très intéressants, tout en respectant de sévères exigences, notamment en matière de sécurité. Mais ce ministère amorce aujourd'hui un rétropédalage.

 

Revirement inattendu

Questionné à ce sujet par un député de l'opposition (SPD), le ministère explique que les utilisateurs se seraient plaint de "fonctionnalités et d'interopérabilité manquantes" et d'un "manque de convivialité". Le ministère conteste également les économies réalisées "sans donner de chiffres", précise le site H qui relate les détails de ce revirement inattendu.

 

La nouvelle stratégie informatique intégrant "un processus de modernisation" s'éloigne donc des logiciels Open Source au profit de solutions propriétaires. Concrètement, cela signifie une migration vers Office 2010 et Outlook ainsi que vers Windows XP en attendant celle vers Windows 7. 

 

Selon le gouvernement, cela n'engendrerait pas de coûts supplémentaires, car ces solutions apporteront "des gains d'efficacité". Les logiciels libres continueront cependant à être utilisés sur les serveurs. Le député (SPD) qui a demandé au gouvernement les justifications de ces choix les a jugés "peu plausibles" et "manquant de chiffres".

Serveurs / Microsoft