Dossier Comment Atac prévoit ses ventes et ses réapprovisionnements

Le déploiement d'une solution d'Acteos a permis aux magasins Atac et Auchan de mieux prévoir leurs ventes. Au terme d'un projet de longue haleine, l'amélioration des réapprovisionnements a permis à une centaine de magasins de réduire considérablement des ruptures de stock toujours coûteuses.

 

 

le groupe schiever (6 700 salariés) est présent en europe au travers de 150
Le groupe Schiever (6 700 salariés) est présent en Europe au travers de 150 points de vente. © Schiever

Partenaire d'Auchan, le groupe Schiever exploite plus de 150 points de ventes en Europe : 11 enseignes Auchan, 81 Atac, 37 Maximarché et 2 Kiabi. Réapprovisionner ces magasins n'est pas simple.

"La méthode 'manuelle' reposant sur des observations humaines souvent en vigueur, montre vite ses limites. Ce réapprovisionnement est régulièrement enclenché quand il y a déjà rupture. Il peut aussi reposer sur l'espoir de réaliser les mêmes volumes de ventes que ceux réalisés les deux dernières semaines ou sur une période passée courte, ce qui est une prévision bien trop approximative et peu fiable. Il fallait donc confier cette tache à un outil informatique chargé d'assister et d'améliorer le réapprovisionnement ", explique Gilles Roux, directeur des systèmes d'information et organisation chez Schiever (1,3 milliard d'euros de chiffre d'affaires).  

 

L'enjeu est de taille car une rupture, c'est une baisse directe des revenus, mais aussi le risque de perdre encore plus sur son chiffe d'affaires, car des études montrent que le client n'a pas tendance à revenir dans le magasin si le produit qu'il recherche manque trop souvent dans les rayons. Il s'agit également de mieux maîtriser le niveau de stock, ce qui est également un levier d'économies.

Applications métiers / Progiciel