SaaS et cloud : les pépites françaises récompensées Henri-Michel Rozenblum (Délégué général, Eurocloud) : "Le passage au SaaS sera plus compliqué pour certains éditeurs"

JDN Solutions. Le marché du SaaS semble s'ouvrir aux applications verticales, est-ce là une tendance de fond ?

Henri-Michel Rozenblum. Je pense que oui. C'est une bonne chose qui témoigne de la maturité du marché. Il est important de signaler d'ailleurs que les nouveaux éditeurs prennent aujourd'hui le risque de se lancer dans des applications SaaS verticalisées.

C'est un début de tendance cependant, car il n'existe pas encore une montagne d'offres dans ce domaine pour l'instant. Mais, on n'aurait en aucun cas pu faire ce constat l'année dernière.

Plus globalement, le SaaS commence à toucher tous les marchés et tous les secteurs. Par ailleurs, on remarque que les entreprises qui se lancent ne veulent pas se mettre du SaaS pour 15 jours ou quelques mois. Si elles migrent d'une offre internalisée vers le SaaS, c'est qu'elles comptent le faire pour plusieurs années. Cela contribue à la pérennité de ce marché.

 

Quelles sont les autres grandes tendances du SaaS pour cette année ?

Au-delà de la verticalisation des solutions, c'est la quantité des nouvelles offres SaaS qui constitue une bonne surprise. Cela se traduit concrètement au niveau d'Eurocloud et des Trophées : alors que l'année dernière on comptait une trentaine de candidatures, on en a reçu près d'une cinquantaine cette année. 

 

"Tous les acteurs du SaaS travaillent sur des offres à destination des grandes entreprises"

Au-delà de cet aspect, le sujet chaud réside dans le risque de cannibalisation des offres internalisées par les offres SaaS. C'est un risque auquel de nombreux éditeurs traditionnels se préparent en lançant, avec plus ou moins de succès d'ailleurs, leurs propres offres SaaS.

Ce qui est sûr, c'est que pour certains éditeurs la mutation du modèle traditionnel d'éditeur vers celui de fournisseur de solutions en mode SaaS sera compliquée.

 

Le SaaS tarde à percer dans les grands comptes, comment l'expliquer ?

Je n'ai pas assez d'éléments quantifiés pour vous répondre. Je ne suis d'ailleurs pas persuadé que ce soit vraiment le cas. Ce qui est certain, c'est que tous les éditeurs SaaS travaillent sur des offres à destination des grandes entreprises pour répondre aux besoins de plusieurs milliers d'utilisateurs.

Les grandes entreprises qui ont déjà eu l'expérience de l'infogérance ou de  l'externalisation de leurs infrastructures matérielles se posent la question de savoir pourquoi elles n'en feraient pas autant avec les logiciels. Sachant que les principaux freins en termes de sécurité et de qualité de service ont déjà été levés avec leur première expérience, on ne voit pas pourquoi ils resurgiraient avec les logiciels.

SaaS / Applications métiers