Les WMS, un royaume de spécialistes Un marché où s'affrontent éditeurs d'ERP et best of breed

De nombreux outils permettent d'optimiser la gestion des entrepôts : les WMS, pour Warehouse Management System.

Ils peuvent être intégrés dans des suites logicielles plus larges (type ERP, comme celles d'Oracle ou de SAP) mais de nombreux éditeurs proposent des briques logicielles dédiées et parfois très spécialisées. "C'est un secteur dans lequel la différence entre ERP et best of breed prend encore tout son sens. Les éditeurs "best of breed" parlent d'ailleurs beaucoup de la concurrence entre eux mais oublient parfois que leurs adversaires sont aussi les gros éditeurs d'ERP" remarque, Jérôme Courgeon, directeur associé BearingPoint en Supply Chain.

C'est aussi la raison pour laquelle, dans le fameux Magic Quadrant de Gartner apparaissent certains "gros éditeurs d'ERP" qui vendent un package qui inclut une brique WMS, pas toujours aussi pointue que celle commercialisée par un pure player. Cependant, les éditeurs d'ERP peuvent faire valoir que leur offre WMS peut facilement s'intégrer, et à moindre coût à d'autres solutions qu'ils commercialisent.

En outre, entre autres parce que les chiffres d'affaires liés au WMS en France ne sont pas toujours communiqués, il est donc difficile de connaître précisément les parts de marchés des éditeurs de WMS en France.

 

Les critères de choix des solutions de WMS
Source : JDN Solutions
1 - Editeur d'ERP ou best of breed spécialisé dans le Supply Chain Management ?
2 - Disponibilité de la solution : en mode SaaS et/ou internalisée ?
3 - Présence sectorielle (trois derniers clients)

Autres critères déterminants : les secteurs visés et le mode SaaS

Autre critère différenciant important : la possibilité d'accèder au WMS via une offre SaaS. "Certains acteurs importants ne proposent pas ce mode. Le fonctionnement d'un WMS repose sur du temps réel, exigeant des temps de réponse quasi nuls. Une solution hébergée à distance peut donc provoquer la crainte, pas forcément fondée d'ailleurs, que le temps de réponse soit trop long et pas adapté à la gestion d'entrepôt. Pourtant le niveau de service en mode SaaS peut être acceptable. En outre, certains supply chain managers peuvent ne pas apprécier l'idée d'être tributaires d'un serveur distant ou de voir leurs données éloignées et de ne plus les maîtriser." explique Jérôme Courgons.

Les secteurs où certains éditeurs se positionnent sont parfois aussi clairs et discriminants. Leurs trois derniers clients peuvent ainsi donner une idée des secteurs d'activité où ils sont présents : un entrepôt servant au e-commerce (commande à l'unité pour une distribution fine) ne se gère pas de la même façon qu'un entrepôt de surgelés pour la grande distribution.

Quant aux fonctionnalités, la plupart des éditeurs prétendent maîtriser les mêmes algorithmes : pour optimiser le déplacement du préparateur de commandes (triangulation) ou les emplacements de chaque produit stocké (slotting) par exemple. Tous expliquent aussi pouvoir aider à la gestion des ressources humaines ou au reporting. Cependant, la quantitié et la finesse des informations ainsi que les des critères pris en compte sont variables.  

Enfin, la plupart des solutions sont compatibles avec la préparation de commande vocale (au moins avec l'éditeur leader, Vocollect) et peuvent intégrer la RFID dans le processus.

Applications métiers / Progiciel