INTERVIEW 
 
Maurice Khawam
Président
IE Club / NextFund Capital
Maurice Khawam et Pierre Kosciusko-Morizet
"Un statut de PME innovante doit être créé au niveau européen"
Suite de notre série d'interviews consacrées aux attentes du secteur IT à l'occasion des élections présidentielles 2007. La parole est ici donnée à l'association soutenant les PME innovantes, qui attend beaucoup d'une harmonisation des règles européennes.
14/03/2007
 
JDN Solutions. Quelles sont les activités de l'IE Club ?
  Autres interviews
 April : "Une directive européenne sur l'interopérabilité est nécessaire"
 CroissancePlus : "Les présidentiables doivent gommer les effets de seuil pour les PME innovantes"
 Syntec : "L'Etat doit aider les entreprises à s'approprier les TIC et leurs usages"
Maurice Khawam. Nous rassemblons des PME innovantes, des grands groupes, des membres du secteur public ou parapublic et des investisseurs.

L'objectif de l'association consiste à soutenir les PME innovantes du secteur IT, c'est-à-dire les éditeurs, les nouveaux services comme les nouveaux médias et les télécoms, puis les sociétés dont le modèle d'activité est innovant.

Vous demandez aux présidentiables d'encourager les croisements entre recherche publique et secteur privé. De quelle manière faut-il s'y prendre selon vous ?
Mélanger les genres n'est pas souhaitable à mon avis, mais il est essentiel d'avoir des ponts intelligents entre les deux environnements. Nous proposons que des chercheurs puissent réaliser des stages intéressants en entreprise ayant pour finalité un transfert de technologies issue du secteur public.

Ce transfert de technologie donnerait évidemment lieu à rémunération pour le secteur public mais, aujourd'hui, nous constatons que le patrimoine de la recherche reste en partie non utilisé, ce qui représente des centaines de millions d'euros gaspillés.

Pour le financement aux PME, vous préconisez un système d'aides au niveau européen. Pour quelles raisons ?
L'Oseo Anvar est un canal de financement, l'Etat également grâce à son travail d'essaimage. Mais nous souhaiterions que des relais privés arrivent très rapidement derrière pour continuer ce travail de soutien à l'investissement.

Une possibilité serait de s'orienter vers un mode de financement mixte, privé et public, avec les vrais moyens de sanction et de benchmarking du privé, mais impliquant de gros moyens dans les domaines où la fondation serait compétente. Il me paraît aussi nécessaire que l'argent ainsi investi soit défiscalisé comme cela se passe pour les PME dans le privé.

A quoi correspond votre projet de PME innovante européenne ?
En France, les grandes entreprises doivent réserver 5 puis 7% de leurs achats aux PME"
Le concept de PME innovante en France est intéressant puisqu'il permet un statut fiscal assez avantageux au démarrage de l'entreprise. Nous souhaiterions une harmonisation de ce type de statut au niveau européen pour permettre à ses PME de se développer hors des frontières nationales sans avoir à repasser par les mêmes phases administratives dans tous les pays dans lesquels elle voudra être présente. Cette démarche facilitera leur développement.

Etes-vous favorable à l'idée d'un Small Business Act ? Si oui, quel niveau d'investissement devrait-on réserver aux PME dans les grands groupes ?
Aux Etats-Unis, le Small Business Act a fait ses preuves. En France, la nouvelle présidence devra définir des chiffres pour réserver un certain pourcentage d'achats aux PME. D'abord 5%, puis 7% me paraissent être des taux raisonnables pour encourager les PME.

D'autre part, il faut lever certains freins qui existent aujourd'hui. Par exemple, dans certains marchés où les PME peuvent a priori concourir, un certain niveau de fonds propres est demandé, ce qui en fait fuir la plupart.

Quelles mesures incitatives aideraient à démultiplier l'investissement dans les PME innovantes ?
Une idée serait d'inciter les dirigeants les plus vertueux à mettre leurs moyens à la disposition des PME. Dans le programme de refonde de l'ISF [ndlr : impôt de solidarité sur la fortune], il serait intéressant de permettre des réductions - voire une exonération de l'impôt - en échange d'investissements dans les PME.

Le nouveau président devrait porter également ses efforts pour faire aboutir l'idée d'un marché financier européen des valeurs de croissance, à l'instar du Nasdaq américain. Euronext se développe mais, au niveau européen, nous n'avons pas de visibilité sur les PME innovantes. Ce nouveau marché donnera la chance à une PME française d'être vue par des investisseurs étrangers, et à ses actions d'être achetées dans différents pays.

Pierre Kosciusko-Morizet, en tant qu'entrepreneur, dirigeant de PriceMinister et membre de l'IE Club, vous demandez aux présidentiables de simplifier le système d'aide à la création d'entreprise. Pourquoi ?
Il faut un effort de communication autour du statut d'entrepreneur"
Pierre Kosciusko-Morizet. Chaque personne qui arrive au gouvernement veut créer sa propre aide et passer à la postérité. Nous en arrivons à un maquis assez inextricable en tant qu'entrepreneur, qui nous prend un temps fou pour connaître les fonds pour lesquels nous pourrions monter un dossier.

Des cabinets spécialisés existent mais ils prennent 30% du montant total des aides perçues. Non seulement il est difficile d'identifier quelles sont les aides intéressantes mais, en plus, il est difficile de monter son dossier.

Le statut d'entrepreneur en France est-il suffisamment valorisé ?
Pierre Kosciusko-Morizet. Non, c'est mon point de vue personnel, pas celui de l'IE Club. Je pense que cela vient de notre culture, qui récompense plus un cadre supérieur dans un grand groupe ou dans l'administration, que dans d'autres pays. Il faut faire un effort de communication pour changer cela, et montrer que créer son entreprise ce n'est pas forcément être un capitaliste, mais que l'on crée des emplois.

Depuis 10 ans, je pense que nous allons dans le bon sens en matière de création d'entreprise. Les chiffres sont en augmentation, même s'il convient de les nuancer car beaucoup d'entreprises individuelles se lancent, et ce type d'entreprise inclut les petits commerces. En revanche, si l'on compare notre création d'entreprises en termes de PME, nous sommes encore loin du Royaume-Uni ou des Etats-Unis.

Vous évoquez un manque d'ouverture des entrepreneurs français. Quelles solutions envisagez-vous pour y remédier ?
  Autres interviews
 April : "Une directive européenne sur l'interopérabilité est nécessaire"
 CroissancePlus : "Les présidentiables doivent gommer les effets de seuil pour les PME innovantes"
 Syntec : "L'Etat doit aider les entreprises à s'approprier les TIC et leurs usages"
Pierre Kosciusko-Morizet. Un des problèmes des entreprises françaises vient du fait qu'elles ne s'internationalisent pas souvent. Pour contrer la mentalité des entrepreneurs français, parfois pas assez ouverts, il y a le moyen du levier fiscal.

Je pense que le refus de la constitution européenne reflète bien le fait que la France n'est pas assez ouverte sur le monde, même s'il y a une évolution naturelle vers une plus grande ouverture. Les moins de 30 ans comprennent bien cette globalisation de l'économie et sont en général plus ouverts vers l'international.

Autre problème à résoudre : celui du dialogue social. Je pense qu'en France, il n'y a pas assez de syndicats et qu'ils sont souvent contre productifs. Un syndicat doit comprendre qu'on vit dans une économie de marché. C'est un contre-pouvoir, mais il ne doit pas se braquer systématiquement.

 
Propos recueillis par Yves DROTHIER, JDN Solutions

PARCOURS
 
 
Maurice Khawam est président du fond d'investissement spécialisé en technologie NextFund Capital depuis janvier 2003 et également président d'IE Club. NextFund Capital investit en moyenne entre 500 000 et 2 millions d'euros pour des sociétés arrivées à des points d'inflexion, en France ou en Europe. Ces sociétés doivent disposer au moins d'un produit / service, d'une équipe et de prémices de revenus.

2000 - 2003 Directeur opérationnel chez ETF Group.
1998 - 2000 Chargé d'affaires puis directeur du développement des activités Internet chez Apax Partners.
1996-1998 Responsable du conseil d'Informix France.
1992-1996 Consultant puis responsable de l'unité conseil en base de données Oracle chez Oracle France.
1989-1992 Consultant sénior en bases de données chez Oracle Corp (USA).

Et aussi Diplômé d'un master en sciences au MIT en 1989

   
 
  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Auralog - Tellmemore | Publicis Modem | L'Internaute / Journal du Net / Copainsdavant | Isobar | MEDIASTAY
 
 
 


Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Toutes nos newsletters