Moteurs > Interviews > Irène Toporkoff-Mayer (Ask)
INTERVIEW
 
18/04/2007

Irène Toporkoff-Mayer : "Le marché de la recherche n'est pas encore mûr en Europe"

Quatrième moteur de recherche dans le monde, Ask veut conquérir le marché européen. Irène Toporkoff-Mayer, directrice France, détaille les points forts du moteur.
  Envoyer Imprimer  

 
En savoir plus
 
 
 

JDN Solutions. Comment se positionne Ask sur le marché des moteurs de recherche ?

En part de marché, Ask se place quatrième moteur mondial de la recherche, derrière Google, Yahoo, MSN et devant AOL. Ask a été racheté voilà deux ans pas Barry Diller et incorporé à InterActiveCorp qui représente six milliards de chiffre d'affaires.

Ask représente environ 10 % de ce chiffre. Aujourd'hui, la marque est implantée dans les pays anglophones. Depuis quelques mois, le groupe met en place une stratégie pour pénétrer plus largement le marché de l'Europe continentale.

 

Où est implanté le moteur ?

Le siège du groupe est implanté en Californie. Cinq centres de R&D permettent le développement du moteur. Deux sont situés aux Etats-Unis, un en Chine et les deux derniers dans le centre de l'Europe - en Italie et en Allemagne. L'entreprise travaille de manière totalement intégrée : ces centres de R&D développent des solutions pour l'international. Ainsi, tous les pays bénéficient des mêmes fonctionnalités.

Pour les développements de ces applications en langue française, une équipe est directement basée dans les différents centres. L'équipe située en France ne s'occupe pas de la production, mais de la communication et du développement de partenariats.

 

En quoi Ask est-il différent des autres moteurs ?

Expert Rank, nom donné à l'algorithme de Ask, présente une technologie à part. Google a révolutionné la recherche en 1996 avec la popularité et le PageRank développé par Larry Page. Yahoo et MSN lui ont emboîté le pas. Le chemin a été différent pour Ask.

En partant de l'algorithme de Kleinberg permettant de clustériser les données en fonction de la topologie, Expert Rank thématise ces informations et intègre à chacun de ces groupes la notion de popularité. Ainsi, alors que la requête "python" sur Google amène sur des pages traitant du langage de programmation, Ask propose des résultats liés au langage de programmation et au serpent.

Ask apporte des réponses différentes, qu'il s'agisse de la recherche Web comme la recherche d'images.

 

"Ask dédie 100 % de ses ressources à la recherche en ligne"

Autre point, Ask fait de la recherche en ligne et uniquement de la recherche en ligne. Nous ne sommes pas une régie. Les liens sponsorisés sur nos pages sont commercialisés par un tiers, à savoir Google.

Alors que Google va taper sur les plates bandes de Microsoft, que Yahoo se rapproche plus d'un site média que d'un moteur en tant que tel et que le métier premier de Microsoft est celui de l'édition, Ask dédie 100 % de ses ressources à la recherche en ligne.

 

Quelles sont les règles à suivre pour se positionner sur Ask ?

Aucun humain n'agit manuellement dans le classement. Le seul travail humain concerne le spam. Une équipe travaille quotidiennement pour assainir l'index. Sur ce point, tous les gros moteurs présentent les mêmes consensus. Ask applique des pénalités si le site ne respecte pas les règles, comme l'utilisation de liens cachés ou le cloaking. Globalement, les gens essayent de moins truander l'index.

L'algorithme Expert Rank évolue et s'adapte continuellement aux besoins du Web. Ask parcourt la toile environ tous les quinze jours. Il est inutile de s'inscrire via un formulaire pour se faire connaître : les nouveaux sites sont automatiquement repérés. Si le site est conforme aux règles, s'il appartient à un domaine d'expertise et enfin s'il est recommandé par ses pairs grâce à des liens, il lui sera plus facile de ressortir dans les résultats de recherche.

 

Quelles sont les particularités du marché des moteurs en Europe ?

Avec 82% de parts de marché des requêtes pour Google contre 5,6% pour son concurrent Yahoo, les chiffres de la recherche en France montrent que le marché n'est pas mûr. Les chiffres sur le marché américain sont plus raisonnables : Google domine avec 45% des parts de marché et Yahoo le suit avec 28%. Outre-atlantique, les internautes utilisent plusieurs moteurs de recherche : ils alternent entre Google pour le Web, Ask pour les blogs, Youtube pour les vidéos et Flickr pour les photos.

 

"On reformule au lieu de se tourner vers un autre moteur"

En France, les internautes ne se servent que d'un seul moteur. Quand les réponses à une requête ne conviennent pas, on reformule au lieu de se tourner vers un autre moteur. Ask se positionne comme "l'autre moteur".

Aujourd'hui, le fait que le marché ne soit dominé que par un seul acteur va nous aider. Les gens ont envie de tester d'autres moteurs. Notre tâche est d'amener à changer les réflexes des gens. Même si la mission parait difficile car Ask est une marque quasi inconnue en Europe, il ne nous manque que quelques parts de marché supplémentaires pour passer dans le top trois des moteurs les plus utilisés.

Le marché de la recherche est relativement confiné. Le ticket d'entrée sur le marché de la recherche est cher. Ask a couté deux milliards de dollars. Pour créer et faire vivre un algorithme, un groupe a besoin d'embaucher une batterie d'ingénieurs travaillant à temps complet dessus. Assumer des coûts de R&D n'est pas une moindre affaire et demande un budget conséquent. A moins d'une idée géniale, les nouveaux entrants doivent se placer sur une niche en proposant un moteur de recherche vertical.

 

 
En savoir plus
 
 
 

Quelles sont les évolutions à venir sur Ask ?

Nous mettons en place au fur et à mesure l'aide à la recherche en ligne. Déjà mises en place aux Etats-Unis et à venir en France, des rubriques relatives à la requête seront proposées, permettant de préciser ou d'étendre la recherche.

Nous menons actuellement des tests sur le site Askx sur le futur du moteur. Après une requête, nous recréons un portail autour de l'expression recherchée : avec de l'actualité, des réponses Web et images, des éventuelles définitions ou des flux RSS. Cette présentation sera mise en place normalement à la fin de l'année.

 


Envoyer Imprimer Haut de page