Google : le rachat de QuickOffice est un coup d'épée dans l'eau pour Microsoft

En mettant la main sur un spécialiste de la bureautique en mobilité, Mountain View dope ses Google Apps pour un accès sur smartphones et tablettes tactiles. Microsoft n'est pas de cet avis.

Les deux poids-lourds Microsoft et Google s'affrontent sur un terrain bouillant : la bureautique en mobilité. Alors que les indices sur le lancement d'Office sur iPad se sont multipliées ces derniers temps, Mountain View a décidé de passer à l'offensive en rachetant QuickOffice.

Présent sur le marché depuis 15 ans et revendiquant un total de 400 millions d'utilisateurs, cette solution va permettre à Google de renforcer ses Google Apps pour un accès sur smartphones et tablettes tactiles. Et du même coup, jeter une nouvelle pierre dans le jardin de Microsoft en permettant également aux utilisateurs de lire mais aussi d'éditer des fichiers (textes, tableurs, présentations...) au format Office. Et ce, aussi bien sur smartphones (iOS, Android) que sur tablettes (iPad, Android).

Une nouvelle qui a, sans surprise, irrité Microsoft qui n'a pas manqué de réagir. "Les Google Apps ne répondent pas aux besoins de productivité de la plupart des individus et des entreprises. Le principal objectif de Google est la publicité, alors ce n'est pas surprenant qu'ils essaient de résoudre les limites des Google Apps avec une acquisition", a indiqué Clint Patterson, directeur de la communication de la division Microsoft Office.

Microsoft / Mobilité