NFC : pourquoi les entreprises s'y mettent La multiplication des terminaux NFC

Reste qu'avant de pouvoir bénéficier des possibilités de la technologie NFC, il faut s'équiper. Côté clients, les objets compatibles sont les cartes bleues ou les smartphones NFC.

le dernier best seller de samsung, le galaxy siii, embarque une puce nfc, comme
Le dernier best seller de Samsung, le Galaxy SIII, embarque une puce NFC, comme son prédécesseur, le Galaxy SII. © Samsung

Mais, client ou entreprise : qui doit faire le premier pas et s'équiper en premier ? La technologie de NFC semble avoir dépassé ce schéma de la poule ou de l'oeuf qui peut freiner l'essor d'une technologie. Le nombre de modèles smartphones compatibles NFC ne cesse d'augmenter. Bon nombre de Blackberrys le sont, comme les best sellers Samsung Galaxy SII et III, ou le Galaxy Nexus de Google. HTC, Acer, et Nokia (avec les derniers Windows Phone notamment) s'y sont également mis.

En tout, l'AFSCM estime que 2,5 millions d'exemplaires compatibles NFC seront vendus cette année. En 2015, la moitié des smartphones devraient embarquer cette technologie.

 

Pas de NFC dans l'iPhone 5

Pourtant, Apple n'a pas voulu de la NFC dans son dernier iPhone. Cela sera peut-être pour mieux vendre le modèle suivant, l'année prochaine. Aujourd'hui en tout cas, Apple explique que son application de portefeuille virtuel, Passbook, dans laquelle on peut mettre ses coupons et ses billets électroniques, pouvait se passer de la NFC. Selon Cupertino, l'application offrirait déjà des perspectives suffisamment intéressantes à explorer en se basant sur les QR Codes.

Qu'un poids lourd de l'industrie comme Apple avec ses iPhone ne pousse pas la NFC est-il un coup dur ? "Non, ce n'est pas grave. La NFC n'a pas besoin d'un iPhone compatible pour décoller, et le marché se structurera grâce à d'autres acteurs", estime Romain Lecomte, consultant chez Solucom.  

"En France, le développement de la technologie NFC a privilégié une approche ouverte. Ce n'est finalement pas un mal qu'un acteur connu pour son approche fermée de la technologie comme Apple ne perturbe pas l'actuelle dynamique de la NFC. En plus, cela nous ouvre une fenêtre de tir pour développer notre modèle plus ouvert", positive Thibault de Dreuille, le délégué général de l'AFSCM.

 

thibault de dreuille a rejoint en juillet dernier l'afscm en tant que délégué
Thibault de Dreuille a rejoint en juillet dernier l'AFSCM en tant que délégué général. © AFSCM

Des opérateurs télécom main dans la main pour accélérer le développement du NFC

Il est vrai qu'aujourd'hui, en France, le développement de la technologie NFC permet de voir travailler ensemble, main dans la main, au sein de l'AFSCM notamment, des opérateurs télécom qui se livrent d'âpres batailles sur d'autres terrains. Ils ont d'ailleurs un rôle important à jouer puisque ce seront leurs cartes SIM qui devront être compatibles avec le NFC – et même embarquer des informations générées par cette technologie. Les opérateurs ont d'ailleurs créé la marque commune "Cityzi" avec l'AFSCM pour identifier facilement les services sans contact NFC, sécurisés sur la carte SIM.

 

Le rapide déploiement des cartes bancaires NFC

Quant aux cartes bancaires, autre vecteur de démocratisation de la technologie NFC côté client, le déploiement pourrait être encore plus rapide qu'avec les smartphones. Les nouvelles cartes bleues compatibles NFC ont déjà commencé à être distribuées, remplaçant automatiquement les anciennes. Les cartes de paiement de la grande distribution, comme celles de Casino, existent aussi déjà depuis quelques mois.

Le groupement carte bancaire estime que 6 à 10 millions de cartes de paiement sans contact seront en circulation d'ici la fin de l'année. L'année d'après, ce chiffre pourrait atteindre 25 millions.

NFC