L'iPhone 6 arrive avec l'A8, et ses 2 milliards de transistors

La dernière version du smartphone d'Apple embarque un tout nouveau processeur. Sa finesse de gravure atteint 20 nanomètres, contre 28 nanomètres pour l'A7.

Avec l'iPhone 5S, Apple avait dégainé le premier processeur en 64bit taillé pour un smartphone. Gravé en 28 nanomètres, l'A7 permettait de tirer les configurations jusqu'à 4 Go de Ram. Le tout nouvel A8, embarqué dans l'iPhone 6, va beaucoup plus loin.

Fort d'une finesse de gravure de 20 nanomètres, le nouveau processeur ARM d'Apple comprend 2 milliards de transistors, ce qui est le double de la capacité de son prédécesseur. En ligne de mire : une capacité CPU qui se veut beaucoup plus performante (environ 25% plus rapide que la génération précédente, selon Apple), et un meilleur rendu graphique.

La démonstration, consistant à exécuter un jeu, réalisée par Apple lors de la présentation de l'iPhone 6 mardi dernier, était plutôt convaincante de ce point de vue. Reste l'apport en termes de consommation d'énergie qui serait là encore non-négligeable, toujours selon Apple, avec globalement un gain moyen de 15% à 50% d'autonomie pour la batterie - selon les usages et le niveau de sollicitation des capacités machines.

 A lire aussi

Smartphone / Apple