Marc Joly (Deloitte) "Un taux de pénétration des tablettes tactiles pro de 30% en 2014"

L'iPad a dynamisé le marché des tablettes. Les débouchés dans l'entreprise sont nombreux mais la sécurité, la gestion de parc et l'intégration au SI posent problème.

JDN Solutions. Comment analysez-vous le succès des tablettes tactiles ?

Marc Joly. Par rapport aux PC fixes et portables, les smartphones s'imposent aujourd'hui comme le deuxième choix naturel des entreprises en termes d'équipement informatique. Pour le moment, la proportion de tablettes dans les entreprises est sans commune mesure avec ces dernières. Alors qu'il s'est vendu cette année des centaines de millions de smartphones, le nombre de tablettes écoulées se compte en une dizaine de millions. Mais la croissance du marché des tablettes a été forte et dynamique au regard de sa jeunesse.

Concernant les intentions d'équipement, on constate aujourd'hui qu'ils concernent davantage les cadres que les autres collaborateurs. On estime aujourd'hui que le taux d'équipement des tablettes tactiles dans les entreprises est de l'ordre de 10%. Le marché commence à peine à s'organiser.  

Apple est aujourd'hui en position dominante mais c'est normal car c'est quasiment le seul sur le marché professionnel en attendant d'autres acteurs comme RIM avec sa PlayBook ou encore la Cisco Cius. Avec l'appel d'air de la concurrence et l'explosion de la demande, on estime que le taux de pénétration des tablettes dans les entreprises devrait être de 30% à horizon 2014.

2011 va être une année charnière pour les tablettes tactiles et assez unique par son ampleur. Mais attention tout de même, un effet de loupe est possible et il faut savoir garder un peu de distance sur un phénomène sur lequel pour l'instant nous n'avons que très peu de recul.

"Les terminaux à mi-chemin entre tablette tactile et netbook ne sont pas adaptés à un contexte d'utilisation en entreprise"

Quid du taux de pénétration des tablettes dans l'entreprise ?

La progression du taux d'équipement en tablettes dans les entreprises se fera plus lentement que pour le grand public. Cela s'explique par plusieurs ralentisseurs. Tout d'abord pour ce qui est de la sécurité, les entreprises y sont très sensibles mais attendent encore de voir ce que vont proposer concrètement les constructeurs pour y répondre. Le deuxième ralentisseur est lié à la possibilité encore faible d'intégrer les tablettes à l'existant applicatif et au reste du SI. Enfin, il y a des interrogations en termes de gestion de parc de ce type de terminaux alors que pour les smartphones ce n'est plus le cas.

Mais il y a des facteurs qui sont favorables à l'adoption. Comme la commodité et la facilité d'utilisation grâce à l'écran sensitif et multi touche. La qualité graphique et la facilité d'accès aux applications sont également des points forts. Il existe également des applications verticales qui ont pu être rapidement adaptées par les entreprises, dans le domaine de la télémédecine, de la gestion logistique et des forces de vente en particulier.

Certains constructeurs comme Dell lancent des modèles hybrides entre netbooks et tablettes. Ce type de terminaux peut-il intéresser les entreprises ?

Je ne pense pas que ce type d'équipement à mi-chemin entre tablette tactile et netbook soit adapté à un contexte d'utilisation en entreprise. Les usages qui se développent en entreprise sont liés aux tablettes mais pas aux netbooks, dont les ventes sont d'ailleurs et de plus en plus cannibalisées par ces dernières.

Cela s'explique par le fait que les DSI sont amenées à effectuer des arbitrages dans leurs flottes de terminaux avec lesquelles elles souhaitent s'équiper. Cela ne concernera pas les smartphones, qui continueront à très bien s'écouler mais plutôt entre les tablettes par rapport aux netbooks.

 

Marc Joly est senior manager dans le secteur TMT chez Deloitte.

Mobilité / IPad