Foucault de La Rochère (NextiraOne France) "Le secteur hospitalier tire la demande en projets de convergence ToIP"

Administrations centrales et collectivités locales sont loin de délaisser les projets de communication unifiée et de ToIP. La mise en place de centres d'appels multicanaux est au cœur de leur démarche de qualité de service.

La crise remet-elle en question les projets de communication unifiée et de ToIP du secteur public ?

Non, bien au contraire. Aujourd'hui, le marché est à la fois tiré par les grandes entreprises et le secteur public, où les projets sont nombreux tant au niveau des ministères que des collectivités locales.

On enregistre même une hausse de 10% des projets émanant du secteur public en matière de communication unifiée et de ToIP par rapport à l'année dernière. Cette croissance s'explique par l'accélération de l'ouverture des systèmes réseaux et télécoms vers davantage de fonctionnalités collaboratives comme la messagerie instantanée, les webinars et la conférence Web.

Le marché de la communication unifiée dans le secteur des administrations est donc plus que jamais porté par les besoins grandissants en termes d'outils collaboratifs. Les administrations sont aussi attirées par les possibilités de retour sur investissement rapide, mais également l'efficacité et la facilité de mise en œuvre.

Les administrations sont-elles en retard par rapport aux entreprises ?

On ne peut pas vraiment faire de généralités et mettre toutes les administrations centrales, les ministères et les collectivités dans le même panier. Ce qui est certain c'est que les projets de communication unifiée, de ToIP, et de convergence ou d'intégration voix/données sont au centre de leurs préoccupations.

"Les technologies de Centrex IP sont loin d'attirer en masse le secteur public"

Mais cela ne veut pas dire que ces projets  ne nécessitent pas d'importantes mises à jour réseaux et de redimensionnement de bande passante. Tout comme la nécessité de rajouter de nouvelles briques de sécurité à mesure que le nombre d'applications critiques transitant sur leur réseau augmente.

Les besoins du secteur public répondent dans tous les cas à une volonté d'offrir à l'usager la meilleure qualité de service possible. Cela passe donc par des projets globaux et très structurants comme la mise en place de centres d'appels multiflux, de numéros d'appels uniques, de permanences téléphoniques aux horaires étendus.

Quels sont les projets réseaux et télécoms en vogue, ceux qui restent à la marge ?

Nous avons constaté que le secteur hospitalier et de la santé tire la demande du secteur public en termes de projets de convergence ToIP vers le haut. Notamment au travers de la mise en place d'une nouvelle génération de terminaux patients multimédias qui permettent de fournir des services ludiques aux patients, et au personnel hospitalier d'avoir accès à son dossier, au suivi des prescriptions... Les autres projets qui ont la cote sont ceux liés aux tablets PC et à la VoIP, portés par l'ambitieuse approche IT du Plan Hôpital 2012.

Mais d'un autre côté, le secteur public ne se tourne pas en masse vers des technologies de Centrex IP, loin de là. D'une part en raison de la frilosité des opérateurs qui ne perçoivent pas cette technologie comme allant dans le sens du développement de leur chiffre d'affaires. D'autre part également d'un point de vue organisationnel. Car les administrations sont encore trop désireuses de conserver la mainmise de leurs plates-formes réseaux et télécoms en interne.

 

Foucault de La Rochère est directeur général de NextiraOne France.

Autour du même sujet