Accord Microsoft / Red Hat : les premiers débouchés

L'accord entre Microsoft et Red Hat du support croisé de leurs hôtes clients sur leurs OS respectifs porte aujourd'hui ses fruits. Rien n'a en revanche été décidé concernant un éventuel partage de brevets.

Huit mois auront été nécessaires à Microsoft et Red Hat pour concrétiser leur annonce de février dernier (lire la brève Red Hat signe un accord d'interopérabilité avec Microsoft du 17/02/2009). Une attente bénéfique pour les deux acteurs qui ont levé le voile sur leurs premières certifications communes en matière d'interopérabilité et de support logiciel.

Concrètement, l'hyperviseur de Microsoft Hyper-V est maintenant certifié par Microsoft et Red Hat pour faire tourner des postes clients invités sous Red Hat Enterprise Linux en version 5.2, 5.3 et 5.4.

Il en est de même pour la distribution Red Hat Enterprise Linux 5.4 utilisant l'hyperviseur KVM (Kernel Virtual Machine) qui supporte désormais les systèmes d'exploitation invités Windows Server 2003, 2008 et Windows Server 2008 R2.

Détail étonnant pourtant : il semblerait que les utilisateurs de RHEL 5.3 aient été oubliés dans ce rapprochement, car seuls les détenteurs d'une licence à jour (5.4) pourront profiter de l'interopérabilité avec les clients Windows. Dès lors on peut s'interroger s'il s'agit d'une impossibilité technique ou bien d'un oubli réalisé en connaissance de cause pour inciter les utilisateurs à migrer vers la dernière version en date...

Les utilisateurs de RHEL 5.3 ont été laissés pour compte

Si tel était le cas, on pourrait penser qu'il n'y a pas que du point de vue des technologies que les mondes Open Source et propriétaire se rapprochent. Mais également sur l'emploi de ficelles commerciales vielles comme le monde : à savoir aguicher le chaland avec une fonctionnalité uniquement disponible dans la dernière version en date.

Cette annonce traduit en tout cas la volonté actuelle de la firme de Redmond et de l'une des distributions Linux les plus déployées dans les entreprises de faciliter la vie des administrateurs réseaux. Le mouvement engagé par Microsoft dans la voie de l'interopérabilité s'est même accéléré cette année, au point d'apparaître même comme un levier stratégique de diversification (lire ce compte rendu de chat du 10/09/2009).

Mais ce n'est pas tout. Cet accord promet également d'apporter des synergies commerciales intéressantes en favorisant leur environnement de virtualisation Hyper V et KVM et les contrats de support qui vont avec. Et ce, au détriment du solide concurrent ESX, soutenu par VMware.

Red Hat a toutefois profité de cette annonce pour indiquer qu'aucun arrangement autour d'un éventuel partage de brevet entre Microsoft n'avait été établi. Il semblerait que la distribution Open Source a encore du mal à digérer un accord similaire signé en 2006 entre Novell et Microsoft (lire notre article du 24/07/2009).

Autour du même sujet