Microsoft Teams : est-il mieux que Slack ?

L'éditeur américain a officiellement présenté son outil de team messaging. Baptisée Microsoft Teams, l'application, actuellement en préversion, se pose en concurrent de Slack.

En mars dernier, Techcrunch révélait que Microsoft avait envisagé d'acquérir Slack. Mais, selon nos confrères américains, le projet n'avait pas obtenu suffisamment de soutiens en interne pour se concrétiser. Le PDG de Microsoft, Satya Nadella, figurait parmi les sceptiques. Tout comme Bill Gates, qui aurait plutôt poussé l'alternative d'un Skype enrichi et positionné en concurrent de l'outil de collaboration temps réel. 

C'est donc la stratégie prônée par Bill Gates qui a été retenue. Après plusieurs mois de rumeurs, l'information a été confirmée. Microsoft a bâti une application, reposant sur Skype et Office 365, visant à proposer une alternative à Slack. Baptisée Microsoft Teams, elle a été dévoilée début novembre. Elle a été lancée pour l'occasion en préversion. L'arrivée de la solution de Microsoft est prise très au sérieux par Slack. En réponse à cette initiative, la start-up de San Francisco a publié une lettre ouverte à Microsoft dans le New York Times. "Nous sommes ravis d'avoir de la concurrence", y indique-t-elle en rappelant avoir ouvert "une voie". Slack n'hésitant pas à qualifier Teams de "digne concurrent".

Des fonctionnalités que Slack ne proposent pas

"Nous sommes partis du constat que le monde du travail évolue vers une multiplicité de nouveaux usages en matière de collaboration", explique Alexandre Cipriani, Product Marketing Manager Office 365 chez Microsoft France. "C'est un mouvement qui a été poussé par une multiplication des canaux de communication personnelle, avec l'e-mail, WhatsApp, Facebook Messenger... Une seule application collaborative ne suffit plus. Nous avons commencé par nous concentrer sur le réseau social d'entreprise, avec Yammer, et plus récemment sur la notion de groupe dans la messagerie. Aujourd'hui, nous lançons Microsoft Teams qui a pour vocation de répondre aux besoins de collaboration temps réel des équipes en entreprise."

Microsoft Teams s'articule autour d'un fil de discussion pour orchestrer la collaboration "temps réel". © Capture Microsoft

La co-édition de document s'invite dans Microsoft Teams

Microsoft Teams permet de créer des fils de discussion thématiques (l'équivalent des channels dans Slack), via lesquels il est possible d'échanger, partager des documents, recevoir des alertes ou chatter. Microsoft Teams dispose, aussi, de fonctionnalités que Slack ne propose pas, notamment la possibilité de créer des sous-fils de conversation pour commenter un message posté par exemple. Un autre point fort de la solution réside dans son intégration à Office 365. En se rendant sur un onglet prévu à cet effet, un document Office (Word, Excel, PowerPoint, OneNote, PowerBI...) pourra être ouvert et co-édité à plusieurs. Le fil de discussion, dans ce cas déporté sur la droite de la fenêtre, devenant alors un espace d'échange autour du document. La logique se rapproche ici de celle de l'application Quip de Salesforce.

Autre élément différenciant, le classement des informations remonté à chaque utilisateur dans Teams sera personnalisé. Et ce, en tirant parti de l'historique de travail et de collaboration (grâce à l'Office Graph).

Skype pour la conférence vidéo, Planner pour la gestion de projet

Teams s'adosse au service cloud de stockage de fichiers de Microsoft (OneDrive) pour échanger de documents, ainsi qu'aux calendriers d'Office pour partager des agendas. "L'application inclut aussi Planner pour gérer l'attribution et la planification de tâches qui pourront ensuite être suivies et pilotées au sein de l'équipe via le fil de discussion", explique Alexandre Cipriani. Comme pressenti, Team Messaging tire en outre bénéfice de Skype. "Grâce à cette brique, Teams permet, en parallèle du chat, de lancer une conférence audio ou vidéo avec une autre personne ou toute une équipe", souligne Alexandre Cipriani. Et last but not least, l'intégration à Office confère d'emblée à l'application le niveau de conformité de la suite bureautique (ISO 27001, ISO 27018...) 

Teams intègre l'outil de gestion de projet Microsoft Planner qui permet de bénéficier d'une gestion de tâches sur la base d'un tableau Kanban, à la manière d’un Trello. © Capture Microsoft

Plus de 200 applications ou bots intégrés ou en cours d'intégration

Quid de l'intégration d'apps tierces ou de bots ? Microsoft sait que la guerre avec Slack (qui affiche 600 applications dans sa marketplace) va en grande partie se jouer sur ce terrain. A l'heure du lancement de la préversion de Teams, le groupe revendique, déjà, 150 applications web intégrées à son outil ou en cours d'intégration (dont Hootsuite,  Zendesk, Asana, par exemple), et 85 bots (dont Busybot, Easybot...).

Pour injecter des agents conversationnels dans le fil de discussion de Teams, les clients et partenaires de Microsoft vont pouvoir s'adosser au framework orienté bot  de l'éditeur (Microsoft Bot Framework). Une DSI pourra ainsi y introduire un bot maison - par exemple en vue de requêter une base de données métier. Pour montrer la voie, Microsoft a levé le voile sur deux bots pour Teams : T-Bot (qui aide à se servir de la solution) et WhoBot (qui est centré sur la recherche de collaborateur). "Pour le moment, Microsoft Teams ne permet pas d'intégrer des boutons d'application dans ses messages [chose que permet Slack ndlr]. Mais nous travaillons activement sur le sujet", confie Alexandre Cipriani.

Des applications tierces qui viennent se nicher dans des onglets

Aux côtés des bots, il est possibles d'intégrer à Teams des applications web tierces par le biais d'onglets (voir l'exemple d'Asana sur la capture ci-dessous). Le principe est le même que pour ouvrir Word ou Excel. Tableaux de bord, gestion de tâches, data visualisation, documents, notes... Les interfaces graphiques des logiciels pourront être intégrées très simplement (sous forme d'iframe).

L'application de gestion de projet Asana a été intégrée à Microsoft Teams. Une fois installée, elle est accessible via un onglet. © Capture JDN

Dernier mode d'intégration proposé par Microsoft, les connecteurs Office 365 peuvent, aussi, être utilisés pour échanger des informations avec d'autres briques, depuis le fil de discussion (lire le post officiel annonçant la préversion de Microsoft Teams à destination des développeurs). 

Le bot français MailClark bientôt intégré à Microsoft Teams

 

D'ici le lancement de la version finale de Microsoft Teams annoncé pour début 2016, la liste des applications tierces intégrées à l'outil devrait s'allonger. Pour l'heure limité à Slack, le bot français MailClark a conclu un accord avec Microsoft en vue de proposer, également, sa solution dans Teams. "Notre bot permet d'envoyer et recevoir des e-mails depuis Slack" explique Antoine Lefeuvre, Cofounder & Product Manager de MailClark. "Il introduit une expérience entièrement différente du mail, puisqu'un message transitant par notre bot pourra, parallèlement, être ainsi partagé en temps réel au sein d'une équipe." Pour ce projet, MailClark précise travailler en lien direct avec les équipes de Microsoft aux Etats-Unis. "Pour réaliser notre passerelle avec Microsoft Teams, nous allons utiliser l'outil de bot multiplateforme Message.io. C'est la solution qui est recommandée pour porter des bots existants sur Teams", confie Antoine Lefeuvre. 

Microsoft Teams intégré aux forfaits Office 365 Business et Entreprise

Microsoft prévoit de lancer Microsoft Teams en version finale début 2017. L'outil sera intégré au sein des forfaits Office 365 Business et Enterprise (Business Essentials, Business Premium, et Enterprise E1, E3 et E5). Les clients de ces forfaits peuvent d’ores et déjà l'activer pour le tester. La solution est disponible en mode Web, mais aussi sous forme d'apps pour Windows 10, OS X, iOS, Android et Windows Phone.

Microsoft Teams vs Slack : quelles différences fonctionnelles ?

Au-delà de la souplesse de Slack en termes d'intégration, le succès de cet outil s'explique principalement par l'extrême simplicité de son interface utilisateur. Cette dernière se résume en un fil de discussion (découpé en channels) avec un moteur de recherche pour retrouver les contenus échangés. C'est tout. De son côté, Microsoft Teams arrive avec une boîte de dialogue nettement plus riche (du fait notamment de son intégration évoluée à Office 365, et à des apps tierces). Revers de la médaille : un écran plus complexe pour Teams. Là où Slack se limite à un menu unique, donnant accès aux channels et bots, l'outil de Microsoft en affiche trois (pour les équipes et leurs channels, pour les onglets applicatifs, et pour Office 365).

Une solution moins chère que Slack

Autre différence avec Slack, Microsoft Teams est centré uniquement sur la collaboration interne. La solution n'offre pas, comme Slack, la possibilité d'inviter des personnes extérieures, en tous cas pour le moment. Cette possibilité serait cependant inscrite dans la feuille de route de Teams (dixit Zdnet). Reste à savoir si elle impliquera pour l'invité de disposer, lui-aussi, d'une licence Office 365. Si c'est le cas, Slack restera de ce point de vue plus avantageux dans la mesure où son modèle freemium évite aux invités de passer par la case du paiement.

Comment se positionne Microsoft Teams en termes de tarif ? Le forfait d'entrée de gamme d'Office 365 Business qui inclura Teams (Office 365 Business Essentials) coûte environ 5 dollars par utilisateur et par mois. Et ce forfait comprend, en plus, la messagerie Exchange, une capacité d'1 To de stockage (sur OneDrive) et Skype Entreprise. De son côté, la version standard de Slack s'élève à 6,67 dollars par utilisateur et par mois.

Ressources 

A lire aussi : 

Microsoft / Skype