Teams : le Slack de Microsoft sous toutes les coutures

L'application de messagerie d'équipe de Microsoft se pose en concurrent de Slack. Son principal point fort face à ce dernier : son intégration à Office 365 et Skype.

[Mis à jour le 04/12/17 à 12:02] Microsoft Teams va remplacer Skype for Business comme application de communication unifiée principale proposée dans Office 365. L'annonce a été réalisée par Microsoft en septembre à l'occasion de son événement Ignite. L'outil de messagerie collaborative s'adossait déjà à Skype pour prendre en charge les appels audio et vidéo.  Mais l'objectif de l'éditeur est désormais d'intégrer à Teams l'ensemble des fonctionnalités de l'outil de communication unifiée. Une feuille de route a été publiée. Le coup d'envoi du chantier doit être donné au deuxième trimestre 2018 (lire le post officiel de cette annonce).

Teams a été officiellement lancé en version finale en mars dernier. Disponible dans 181 pays, la solution de team messaging est déclinée en 25 langues, dont le français. Microsoft revendique désormais 125 000 organisations ayant recours à l'application, et 100 millions d'utilisateurs actifs au niveau mondial. En France. l'outil a été notamment déployé par Canal+ ou encore la Mairie de Versailles. 

Début 2016, Techcrunch révélait que Microsoft avait envisagé d'acquérir Slack. Mais, selon nos confrères américains, le projet n'avait pas obtenu suffisamment de soutiens en interne pour se concrétiser. Le PDG de Microsoft, Satya Nadella, figurait parmi les sceptiques. Tout comme Bill Gates, qui aurait plutôt poussé l'alternative d'un Skype enrichi et positionné en concurrent de l'outil de collaboration temps réel. C'est donc la stratégie prônée par Bill Gates qui a été retenue. Microsoft a développé une application "from scratch", reposant sur Skype et Office 365, visant à proposer une alternative à Slack. Baptisée Microsoft Teams, elle a été lancée en version finale le 14 mars 2017. 

Répondre aux besoins de collaboration temps réel

"Nous sommes partis du constat que le monde du travail évolue vers une multiplicité de nouveaux usages en matière de collaboration", explique Alexandre Cipriani, responsable Office 365 Entreprise chez Microsoft France. "C'est un mouvement qui a été poussé par une multiplication des canaux de communication personnelle, avec l'e-mail, WhatsApp, Facebook Messenger... Une seule application collaborative ne suffit plus. Nous avons commencé par nous concentrer sur le réseau social d'entreprise, avec Yammer, puis sur la gestion du partage de contenu en groupe - avec Microsoft Groups.  Avec Microsoft Teams, nous avons désormais pour vocation de répondre aux besoins de collaboration temps réel des équipes en entreprise."

La co-édition de document s'invite dans Microsoft Teams

Articulé comme Slack autour d'une messagerie instantanée, Microsoft Teams permet de créer des fils de discussion par équipe puis par thématique ou projet. Des fils conversationnels (publics ou privés) via lesquels il est possible de chatter, partager des documents, ou recevoir des alertes en provenance d'autres applications. C'est l'équivalent des channels dans Slack. Comme ce dernier, Microsoft Teams permet aussi de créer des sous-fils de conversation pour commenter un message posté.

Microsoft Teams s'articule autour d'un fil de discussion pour orchestrer la collaboration "temps réel". © Capture Microsoft

L'un des principaux points forts de Teams comparé à Slack réside dans son intégration à Office 365. Des onglets dédiés à chaque application Office (Word, Excel, PowerPoint, OneNote, PowerBI...) peuvent être créés dans l'outil, pour consulter des fichiers à plusieurs. Lors de l'ouverture d'un document, le fil de discussion est alors déporté sur la droite de la fenêtre, devenant un espace d'échange autour du texte. La logique se rapproche ici de celle de l'application Quip de Salesforce. Toujours en matière de gestion de contenu, Teams tire également parti de l'Office Graph pour proposer à l'utilisateur un classement personnalisé des informations en fonction de l'historique de travail et de collaboration.

Un avantage de Teams comparé à Slack : son intégration à Office 365

Teams bénéficie du niveau de sécurité de la suite de Microsoft. Il peut s'adosser à l'annuaire Active Directory pour gérer les politiques d'accès et à Office Groups pour intégrer les groupes de collaboration Office déjà existants.

Pour motoriser le partage de contenu, Teams fait appel au service cloud de stockage de fichiers d'Office 365 (OneDrive). La possibilité d'envoyer et recevoir des mails dans les fils de conversation - via l'intégration de la messagerie Outlook - est aussi au programme. Les calendriers d'Office, eux, sont mis à contribution pour le partage d'agenda. Tout comme Planner pour gérer l'attribution et la planification de tâches. L'outil tire en outre bénéfice de Skype. Via cette brique, il permet, en parallèle du chat, de lancer une conférence audio ou vidéo avec une autre personne ou toute une équipe.  

Teams intègre l'outil de gestion de projet Microsoft Planner qui permet de bénéficier d'une gestion de tâches sur la base d'un tableau Kanban, à la manière d’un Trello. © Capture Microsoft

Face à ces arguments, Slack n'a pas attendu l'arrivée de Teams en version finale pour réagir. Fin 2016, alors que l'outil de Microsoft venait d'être lancé en bêta, il officialisait un accord avec Google. Le partenariat prévoit d'intégrer en profondeur son outil de team messaging à la suite Google G Suite (Lire l'article : Slack s'allie à Google pour contrer Microsoft Teams). Depuis, Google a annoncé d'ailleurs plancher sur son propre outil de collaboration d'équipe (avec Hangouts Chat). 

Plus de 200 apps ou bots intégrés ou en cours d'intégration

Quid de l'intégration d'apps tierces ou de bots à Teams ? Microsoft sait que la guerre avec Slack (qui affiche plus de 1000 applications dans sa marketplace) va en grande partie se jouer sur ce terrain.  Le groupe américain revendique 150 applications web intégrées à son produit ou en cours d'intégration (dont Salesforce, Intercom, Hootsuite, Zendesk, Asana ou Adobe Sign par exemple), et 85 bots (dont MailClark, Busybot, Easybot...). Une première galerie de bots préintégrés est disponible dans Teams

Pour injecter des agents conversationnels dans le fil de discussion de Teams, les clients et partenaires de Microsoft peuvent s'adosser au framework orienté bot de l'éditeur (Microsoft Bot Framework). Une DSI pourra ainsi y introduire un bot maison - par exemple en vue de requêter une base de données métier. Comme Slack, Microsoft Teams donne par ailleurs la possibilité d'intégrer des boutons d'application dans les messages.

Des applications tierces qui viennent se nicher dans des onglets

Aux côtés des bots, il est possibles d'intégrer à Teams des applications web tierces via une API. Comme pour les applications préintégrées évoquées ci-dessus, elles viennent se nicher dans des onglets (voir l'exemple d'Asana sur la capture ci-dessous). Le principe est le même que pour ouvrir Word ou Excel. Tableaux de bord, gestion de tâches, data visualisation, documents, notes... Les interfaces graphiques des logiciels tiers peuvent ainsi être intégrées très simplement (sous forme d'iframe).

L'application de gestion de projet Asana a été intégrée à Microsoft Teams. Une fois installée, elle est accessible via un onglet. © Capture JDN

Dernier mode d'intégration proposé par Microsoft, les connecteurs Office 365 peuvent être utilisés pour mettre en œuvre dans les fils de discussion des flux de notifications en provenance d'autres applications. Les message d'alerte pouvant intégrer éventuellement un bouton pour rétroagir (lire le post officiel annonçant la préversion de Microsoft Teams à destination des développeurs). 

Microsoft Teams intégré aux forfaits Office 365 Business et Entreprise

Microsoft Teams est disponible dans les forfaits Office 365 Business, Enterprise et Education (Business Essentials, Business Premium, Enterprise E1, E3, E5 et k1 et Education Plus, E3 et E5). La solution est déclinée en mode Web, mais aussi sous forme d'apps pour Windows 10, OS X, iOS, Android et Windows Phone. Des apps qui disposent, également, de possibilités d'appels vocaux.

Microsoft Teams vs Slack : des philosophies différentes

Au-delà de la souplesse de Slack en termes d'intégration, le succès de cet outil s'explique principalement par l'extrême simplicité de son interface utilisateur. Cette dernière se résume en un fil de discussion (découpé en channels) avec un moteur de recherche pour retrouver les contenus échangés. C'est tout. De son côté, Microsoft Teams arrive avec une boîte de dialogue nettement plus riche (du fait notamment de son intégration évoluée à Office 365, et à des apps tierces). Revers de la médaille : un écran plus complexe pour Teams. Là où Slack se limite à un menu unique, donnant accès aux channels et bots, l'outil de Microsoft en affiche trois (pour les équipes et leurs channels, pour les onglets applicatifs, et pour Office 365).

Une solution moins chère que Slack

A l'instar de Slack, Microsoft Teams donne la possibilité d'inviter des personnes extérieures à son organisation (ce qui est tout nouveau). Mais cette fonctionnalité n'est pas aussi souple que celle proposée par Slack. Pour l'heure, seules les personnes disposant d'un compte Azure Active Directory peuvent en effet être intégrées. Cette passerelle sera néanmoins élargie dans l'avenir à tous ceux ayant un compte Microsoft (via une intégration avec le service MSA). 

Comment se positionne Microsoft Teams en termes de tarif ? Le forfait d'entrée de gamme d'Office 365 Business qui inclura Teams (Office 365 Business Essentials) coûte environ 5 dollars par utilisateur et par mois. Et ce forfait comprend, en plus, la messagerie Exchange, une capacité d'1 To de stockage (sur OneDrive) et Skype Entreprise. De son côté, la version standard de Slack s'élève à 6,67 dollars par utilisateur et par mois.

Ressources 

A lire aussi :