L'Office Graph, en route pour devenir le standard du Graph d'entreprise

Office Graph L'éditeur ouvre à 100% les API de son Graph. Ce qui va permettre à des applications tierces de l'enrichir, et de l'utiliser. Une stratégie qui peut permettre à l'Office Graph de s'imposer.

 Des APIs ouvertes pour lire et écrire dans l'Office Graph

En marge de la sortie par Microsoft de Delve, premier outil basé sur l'Office Graph, la grande question que se posait le marché IT était de savoir si l'éditeur de Redmond ouvrirait son graphe social. A la manière des grands graphes sociaux, comme celui de Facebook, l'Office Graph analyse les relations existantes entre les utilisateurs d'Office, les mises à jour qu'ils réalisent, ainsi que les contenus auxquels ils s'abonnent ou qu'ils partagent avec d'autres. Objectif pour Microsoft : se donner les moyens de proposer des outils, comme Delve, permettant d'offrir aux utilisateurs d'Office un accès personnalisé à l'information.

 Microsoft entre dans l'ère de la "coopétition sociale"

Mais l'Office Graph pourrait se révéler, aussi, utile aux fournisseurs tiers, notamment d'outils sociaux, s'ils avaient la possibilité de s'intégrer avec. D'où l'enjeu de son ouverture. Le dilemme pour Microsoft était ainsi de savoir s'il continuerait à défendre son pré carré : une suite Office socialisée grâce sa propre technologie de réseau social d'entreprise (Yammer), mais fermée... et susceptible, soit dit en passant, de se poser en concurrente de certains partenaires du groupe (les Newsgator, Calinda ou Beezy qui ajoutent une couche de socialisation à Office dans Sharepoint). "Nous avons définitivement décidé d'ouvrir l'Office Graph", lâche Alexandre Cipriani, chef de produits Yammer et Sharepoint chez Microsoft France. Il insiste : "Nous allons rendre disponibles ses APIs en lecture, mais aussi en écriture. Il sera ainsi possible de venir peupler l'Office Graph de n'importe quel type d'information extérieur en provenance d'applications non-Microsoft."

Microsoft n'a pas précisé encore les modalités d'ouverture de ses APIs

Ainsi, les outils collaboratifs et sociaux, mais aussi éventuellement d'autres types d'application (progiciel de gestion, CRM...), vont pouvoir venir s'intégrer à l'Office Graph. Une stratégie gagnant-gagnant puisqu'elle donne potentiellement à Microsoft le moyen d'ériger l'Office Graph en graphe d'entreprise de référence sur le marché, tout en fournissant la possibilité aux autres éditeurs d'y trouver eux-aussi une valeur ajoutée. C'est la stratégie qui avait été retenue pour Active Directory, et qui a permis depuis à Microsoft de s'imposer comme standard sur le terrain des annuaires d'entreprise.

"C'est le premier éditeur d'outils sociaux à réaliser une telle annonce. Il faut donc saluer cette initiative", commente Arnaud Rayrole, directeur général du cabinet de conseil Lecko, avant de pondérer : "Nous attendons de voir néanmoins quel sera le degré d'ouverture de ces APIs. Permettront-elles d'exploiter tous les objets de l'Office Graph ?"

 Microsoft ira-t-il jusqu'à promouvoir un standard W3C ? La question reste entière

Pour le consultant de Lecko, l'enjeu de cette ouverture ne concerne pas seulement les éditeurs tiers de réseaux sociaux d'entreprise, ni les fournisseurs de progiciels ou applications métiers. Il concerne aussi les réseaux sociaux web professionnels comme LinkedIn ou Viadeo. "Tous ces outils et services devraient être capables d'interagir avec l'Office Graph pour suggérer un contenu à leurs utilisateurs ou une mise en relation", martèle Arnaud Rayrole. Et l'expert des RSE d'enchainer : "L'ouverture de l'Office Graph répond aussi à l'enjeu, pour les grandes entreprises, de maitriser les données de leur graphe social. C'est aussi la question de la réversibilité de leurs données sociales, qui est critique pour elles." 

Selon le consultant, cette démarche d'ouverture devrait pousser Microsoft à aller jusqu'à l'adoption d'un format de données sociales standardisé. "Pour convaincre l'écosystème, il vaudrait mieux que Microsoft choisissent cette voie. Car nous avons encore trop souvent à l'esprit sa stratégie propriétaire d'antan autour d'Internet Explorer notamment". Et Alexandre Cipriani chez Microsoft de rassurer : "Les modalités exactes d'ouverture de l'Office Graph ne sont pas encore arrêtées. Mais notre volonté est bien d'aller dans ce sens. Microsoft a bien changé, et notre stratégie est aujourd'hui d'aller dans cette voie."

Office