Journal du Net > Solutions > Sécurité >  Sécurité > Cas utilisateurs > JCDecaux et filtrage de mails
Cas utilisateur
 
27/11/2007

JCDecaux centralise l'orchestration de son filtrage de mails

Pour protéger sa messagerie électronique contre le spam et les programmes malveillants, le groupe français combine boîtiers de sécurité pour les sites à fort trafic et solutions logicielles.
  Envoyer Imprimer  

 
En savoir plus
 
 
 

Spécialiste mondial du mobilier urbain et de la communication extérieure, JCDecaux compte aujourd'hui plus de 80 400 abribus répartis dans 30 pays. Crée en 1964 par Jean-Claude Decaux, le groupe se compose de 48 filiales et emploie 8 100 collaborateurs, dont 4 500 possèdent une boîte à lettres électronique.

Indispensable pour l'activité de l'entreprise, la messagerie bénéficie d'une infrastructure redondante et de solutions de sécurité contre le spam et les programmes malveillants. Fin 2006, JCDecaux, informé par Sybari (racheté depuis par Microsoft) de la nécessité de migrer vers Exchange 2007 pour bénéficier de la dernière version de l'antispam Antigen sur ses serveurs de messagerie, décide de déployer de nouveaux outils.

"Nous venions tout juste de boucler la migration vers Exchange 2003, il était donc exclu d'entreprendre un nouveau projet de cette envergure. Un cahier des charges a par conséquent été rédigé, comportant plusieurs critères majeurs : la possibilité pour l'utilisateur d'accéder à la quarantaine de ses emails, une administration centralisée pour l'antivirus et l'antispam. Et enfin la compatibilité avec une infrastructure de messagerie multisite", précise Marc Bouget, responsable de la sécurité du système d'information chez JCDecaux.

Le groupe français retient trois des principales solutions du marché qu'il soumet à des tests directement en environnement de production. Maquettées, celles-ci prennent ainsi en charge une partie du trafic réel afin d'en évaluer les qualités d'administration et la performance du filtrage. Si les différentes applications présentaient un niveau de filtrage relativement similaire, la différence s'est faite sur le volet administration.

L'administration centralisée pour pousser les règles de manière ciblée

"C'est la partie qui a fait pencher la balance en faveur de Trend Micro. Certaines interfaces étaient lourdes et construites d'une manière qui différait de nos habitudes. L'aspect financier est bien entendu aussi entré en ligne de compte. Le remplacement de notre existant devait se faire à iso budget", déclare le RSSI.

JCDecaux a ainsi déployé 3 boîtiers InterScan Messaging Security Appliance (IMSA) pour le filtrage de ses sites à fort trafic : Plaisir, Le Blanc-Mesnil et sa filiale portugaise. Une version logicielle de l'application (IMSS) remplace les serveurs relais SMTP de 7 filiales. Enfin ScanMail for Exchange s'est substitué à Antigen sur les 25 serveurs de messagerie sous Windows 2003 SP2.

La migration des serveurs n'aura finalement pas nécessité la reproduction de l'ensemble des règles de filtrage définies au fil des six années d'exploitation d'Antigen. L'administration centralisée a permis en outre de modifier et de pousser plus facilement de nouvelles règles au niveau mondial ou de manière ciblée par pays.

 
En savoir plus
 
 
 

Quant aux utilisateurs, comme ils en avaient émis le souhait à l'occasion de la rédaction de l'expression de besoins, ils bénéficient désormais de la liberté d'accéder à la quarantaine de leurs emails. Une fonctionnalité qui leur permet de contrôler de manière autonome qu'aucun mail légitime n'a été identifié comme du spam. Le support utilisateur devrait en outre être moins sollicité par les utilisateurs sur des problématiques de cette nature.

 

 
Le projet en bref
 
  Entreprise JCDecaux  
  Solution retenue Trend Micro  
  Début du projet 2006  

 


JDN Solutions Envoyer Imprimer Haut de page

Sondage

Votre entreprise évolue-t-elle vers une informatique bimodale ?

Tous les sondages