Comment la Chambre des Notaires de Paris protège ses documents

Grâce à un coffre fort numérique et des outils permettant la traçabilité de toutes les opérations au sein de son informatique, la DSI a sécurisé de nombreuses données sensibles.

La DSI de la Chambre des Notaires de Paris peut dormir sur ses deux oreilles : ses informations sensibles sont protégées, et toutes les manipulations les concernant sont archivées. A l'origine du projet, il ne s'agissait d'ailleurs pas de répondre à une obligation légale, mais juste un besoin de protéger une base de données précieuse.

 

Protéger des données précieuses

 

Les notaires doivent transmettent l'acte authentique de vente d'un bien immobilier. Ce dernier, en cours de dématérialisation, contient des dizaines d'informations : localisation, prix, description etc. En 20 ans, la masse d'informations accumulées, déjà numérisées, est aussi imposante qu'intéressante. Elle permet notamment de réaliser des évaluations très fiables et fournit une précieuse matière pour de nombreuses études pertinentes.

C'est lorsqu'un institutionnel a formulé le besoin d'exploiter cette base de données (la Base BIEN, Base d'Informations Economiques Notariales) afin d'effectuer de nombreux statistiques que Jacques Binard, directeur des systèmes d'information de la Chambre des Notaires de Paris a commencé à bâtir un projet voulant protéger son système d'information.

Il fait alors appel à I-Tracing, société composée d'ingénieurs spécialisés dans la traçabilité au sein du système d'information. I-Tracing décide alors de retenir l'offre de Spectorsoft, qui lui semblait le mieux correspondre au besoin.

 

Serveur de rebond et traçabilité

 

La solution consiste à installer un serveur frontal, appelé aussi serveur de rebond. C'est sur ce dernier que se connecteront  les serveurs que l'institutionnel doit installer à la DSI de la Chambre des Notaires de Paris pour ses modélisations statistiques.

Une trace de toutes les requêtes, les flux sortants et entrants peuvent ainsi être archivés. Les saisies faites au clavier sont également conservées et des captures d'écran sont réalisées toutes les 10 secondes. " Les journaux d'activité, en plus d'être très techniques, ne fournissent pas une telle traçabilité" explique Jacques Binard.

Coûts de l'installation, conseil, déploiement et maintenance inclus : 20 000 euros.

 

 

itracing400
Architecture mise en place par I-Tracing chez la Chambre des Notaires de Paris afin de garder une traçabilité des événements. © I-Tracing

Un coffre fort numérique

 

En complément et toujours épaulé par I-Tracing, la DSI a également mis en place le coffre fort numérique de Dictao. Tous les notaires peuvent, via une application développée sur mesure et tunnel VPN sécurisé, protéger leurs documents dans ce coffre fort numérique. Les informations sont chiffrées et signées. Toutes les interventions qu'il peut y avoir sur ces documents sont renseignées et archivées. L'authenticité notariale est assurée. Et cette traçabilité pourra le cas échéant avoir une force probante incontestable.

Cela n'est pour l'instant pas arrivé, Jacques Binard n'ayant à déplorer aucun incident. Le DSI compte d'ailleurs désormais déployer ce type de protection sur les boites d'e-mails.

Projets informatiques / Pirate