Zapping de la sécurité : WikiLeaks, un virus à la Maison blanche, Facebook pointé du doigt... WikiLeaks : des sites tunisiens attaqués

le gouvernement tunisien a été la cible d'attaques informatiques.
Le gouvernement tunisien a été la cible d'attaques informatiques. © Dominique Peuvrel

Amazon, Mastercard et PayPal ne sont pas les seules sociétés à subir les foudres des informaticiens défenseurs du site WikiLeaks. Plusieurs pays, dont le Maroc, la Tunisie ou l'Arabie Saoudite ont essayé de bloquer ou d'attaquer des sites ayant publié des informations de WikiLeaks qui dérangeaient leurs dirigeants.

En réponse, des pirates s'en sont pris à leur tour à des sites gouvernementaux dans ces pays. La Tunisie a par ailleurs été la cible d'un groupe de pirates, les Anonymes. Ils ont réussi à rendre inaccessible le site du gouvernement du pays et celui du président Ben Ali par des attaques en déni de service.

Le groupe des Anonymes a publié en ligne un texte affirmant que cette action "est un avertissement au gouvernement tunisien" et que "toute organisation qui participerait à de la censure serait visée". Cette attaque fait suite à des articles parus dans la presse internationale qui tendent à prouver que plusieurs comptes Internet de cyber-activisites tunisiens auraient été piratés par le gouvernement.

Virus / Gouvernement