SEO : Google injecte l'intelligence artificielle de RankBrain dans son algo

Un nouveau système baptisé RankBrain permet à Google de mieux traiter les requêtes. Lancé il y a quelques mois, il aurait des répercussions majeures sur le classement des résultats.

RankBrain : c'est le surnom donné au nouveau système d'intelligence artificielle qui interprète et affine désormais les requêtes complexes saisies dans le moteur de recherche de Google. Son existence est révélée aujourd'hui par nos confrères de Bloomberg, qui s'appuient sur un entretien avec Greg Corrado, un spécialiste de l'intelligence artificielle et du machine learning chez Google.

A en croire ce dernier, quelques mois après son déploiement, RankBrain est tout simplement devenu le 3e critère le plus important de classement des résultats du moteur. Mountain View n'a pas souhaité préciser quels étaient les 2 premiers, mais cela pourrait être les liens et les mots, a tenté de deviner un spécialiste du SEO. Mais RankBrain n'est pas un critère comme les autres. Greg Corrado a expliqué que RankBrain aidait Google à mieux gérer les requêtes qu'il n'avait encore jamais vues. Ces dernières représentent officiellement 15% des requêtes, c'est-à-dire 450 millions de requêtes par jour.

Page officielle de Google présentant Greg Corrado comme un spécialiste de l'intelligence artificielle et du machine learning. © Google

Machine learning

Toujours d'après les explications de Greg Corrado, face à une expression inconnue, RankBrain va pouvoir deviner le sens, lever les ambiguïtés, et filtrer les résultats remontés en conséquence. Le système pourra aussi remonter des pages web qui ne contiennent pas la requête. Pour cela, il se base sur des connections entre les mots, appelées vecteurs : leur fonctionnement a déjà été décrit par Google et fait l'objet d'un article scientifique rédigé par des salariés de Mountain View. Le système repose sur ce qu'on appelle du Deep Learning, une sorte de technique d'intelligence artificielle, ou d'apprentissage automatique. D'après le site spécialisé SearchEngineLand.com qui a pu obtenir des précisions supplémentaires, tout l'apprentissage de RankBrain se fait hors ligne : des historiques de recherche lui sont donnés de temps en temps, en mode batch.

Google explique avoir testé la technologie, en soumettant à ses ingénieurs chargés du moteur plusieurs résultats, et en leur demandant lequel il pensait que Google mettrait en tête. Ils ont vu juste à 70%. RankView les a battus avec 80% de succès. 

Moins un nouveau signal majeur qu'une amélioration de HummingBird ?

D'après ce que décrit Google, RankBrain semble être avant tout une manière de traiter certaines requêtes complexes, de les comprendre, de les interpréter. Cela aide Google à changer et améliorer les résultats que son moteur va remonter, et c'est sans doute pour cela que Google le présente comme un critère de classement.

Le système est mis en place "depuis quelques mois"

RankBrain ne va toutefois pas concerner toutes les requêtes, ou tous les résultats remontés. La part précise de requêtes affectées n'a pas été communiquée, Google se limitant à dire que le système en impacte "une très large fraction". Pas sûr en effet que le système serve pour la totalité des 15% de requêtes que Google traite pour la première fois, ni qu'il se limite à ce type de requêtes.

SearchEngineLand.com a toutefois pu obtenir de Google les dates de déploiement de RankBrain : cela a commencé début 2015, et le système est complétement mis en place "depuis quelques mois". Un changement peut-être majeur sous le capot, mais qu'aucun référenceur n'avait vu. Exactement comme lors du déploiement, mi 2013, d'Hummingbird, nouvel algorithme qui visait d'ailleurs lui aussi à mieux comprendre les requêtes complexes des internautes.
 

Lire aussi 

 

Google / Référencement naturel