SEO : les critères les plus importants selon 140 référenceurs

SEO : les critères les plus importants selon 140 référenceurs Quels facteurs ont le plus de poids en matière de référencement naturel ? Le JDN a demandé l'avis de spécialistes français et compilé leurs réponses. Voici les résultats.

Comment hisser sa page web tout en haut des résultats naturels de Google ? C'est ce que le JDN a voulu savoir en sondant les professionnels inscrits à son annuaire des SEO. Comme pour la précédente étude concernant le SEO local, nous leur avons demandé de noter de 0 à 5 l'importance d'une série de 46 critères. Une liste que Philippe Yonnet, directeur de l'agence SEO Search Foresight, nous a aidé à mettre au point.

En tout, 140 professionnels du référencement se sont prêtés au jeu. Voici ci-dessous le classement des critères à l'impact le plus positif. Pour plus de lisibilité, les moyennes des notes ont été ramenées sur 100 (méthodologie complète en fin d'article).

Les critères qui favorisent le plus le référencement
Rang Critère Score (moyenne des notes sur 100) Indice de confiance (max : 100)
1 De nombreux liens provenant de sites qui font autorité pointent vers la page 92 91
2 Mots clés pertinents dans la balise Title (précisions : un contenu ou un mot clé "pertinent" répond à la requête de l'internaute) 89 95
3 Le contenu de la zone centrale de la page est pertinent : il donne une bonne réponse à la requête 81 83
4 Nombreux liens provenant de sites du même secteur / de la même thématique 81 83
5 De nombreux liens pointent vers la page 77 83
6 Mots clés pertinents en H1 77 84
7 Fraîcheur des infos de la page sur un sujet qui le requiert 76 78
8 Site adapté au mobile (selon l'outil de Google) 74 80
9 Rapidité d'affichage du site sur mobile 73 77
10 Présence d'une balise H1 72 81
11 De nombreux liens pointent vers le site 72 81
12 Ancienneté du site (sur la même thématique) 72 78
13 Le vocabulaire employé est varié et soutenu 71 76
14 Variété des domaines pointant vers le site 70 65
15 Rapidité d'affichage du site sur desktop 68 65
16 Présence de contenu enrichi (avec des images, des vidéos…) 68 70
17 Dans les résultats de Google, le taux de clic de la page est supérieur à la moyenne 66 62
18 Mots clés pertinents en H2, Hn 60 70
19 Présence de données structurées (issues de schema.org) sur la page 58 74
20 Présence de H2, Hn 56 69
21 Une page plus ancienne au contenu comparable redirige (via redirection 301) vers la page à référencer 54 58
22 Mots clés pertinents dans le reste de l'URL 53 63
23 La page contient des liens internes pointant vers des sites faisant autorité 53 59
24 Page en https 51 55
25 Mots clés pertinents dans le nom de domaine 48 65
26 De nombreux liens provenant des réseaux sociaux pointent vers la page (nombreux partages Facebook ou nombreux tweets pointant vers la page) 46 63
27 Mots clés pertinents dans la meta description. Rappel : c'était l'impact sur les positions dans Google qu'il faut noter, pas sur le trafic organique 38 51
28 Part importante de liens dofollow (très peu de liens nofollow). Ici il était possible de noter l'impact positif ou négatif 36 29
29 Présence de la balise "author" 22 66
D'après les professionnels sondés, les trois facteurs les plus importants en SEO sont des liens issus de sites qui font autorité, des mots-clefs dans le title pertinents au regard de la requête, et un contenu central lui aussi en adéquation avec la recherche de l'internaute. Un podium qui ne devrait pas étonner les professionnels mais que Philippe Yonnet tient à nuancer : "Il ne faut pas oublier que Google peut faire varier le poids des critères selon les requêtes", rappelle-t-il. Notre expert n'est pas non plus surpris de voir la balise title aussi haut dans le classement. "Les SEO accordent beaucoup d'importance à cette balise. C'est une croyance forte. Pourtant, elle est sans doute moins importante qu'avant", pense-t-il.

Le poids des liens

Les SEO donnent une grande importance à la rapidité d'affichage de la page sur mobile

Le critère "De nombreux liens pointent vers la page" se hisse en 5e position, ce qui attire aussi l'attention du directeur de Search Foresight. "C'est étonnant que ce critère revêt une telle importance aux yeux des SEO, car les outils qu'ils consultent chaque jour leur montrent que ce n'est pas la quantité de liens qui est décisive, mais leur qualité". Le critère le plus important selon eux ("De nombreux liens provenant de sites qui font autorité pointent vers la page") inclut en revanche cette dimension qualitative. Le poids conséquent de ce facteur (noté 92/100) fait d'ailleurs presque l'unanimité chez les professionnels du référencement naturel (indice de confiance très élevé).

A noter aussi dans le top 10 : les SEO donnent une plus grande importance à la rapidité d'affichage de la page sur mobile que sur desktop. C'est sans doute prendre un peu d'avance, car pour l'instant, c'est avant tout la rapidité sur desktop qui est prise en compte par le moteur, mais cela devrait changer (lire aussi notre article "Comment se préparer à l'indexation mobile-first de Google").

Pas de de gains SEO grâce au HTTPS

Il est aussi intéressant de regarder le bas du classement. Le fameux signal du HTTPS, que Google est censé récompenser, ne pèse pas lourd dans l'algorithme selon les observations des SEO interrogés. "Je n'ai jamais vu de gains SEO flagrants suite à une migrations vers le HTTPS", confirme le directeur de Search Foresight. Les liens issus des réseaux sociaux, la part de liens dofollow ou la balise author n'ont pas d'importance non plus selon les sondés.

L'intérêt d'avoir un mot clé dans le nom de domaine fera sans doute davantage débat : si les SEO sondés considèrent majoritairement que ce n'est pas un facteur important, d'autres croient dur comme fer que cela peut aider un site à bien se référencer. "D'ailleurs, Google avait admis que cela pouvait aider", rappelle Philippe Yonnet. "Puis le moteur avait expliqué avoir corrigé cette petite faille", ajoute-t-il.

Les critères qui pénalisent le plus le référencement
Rang Critère Score (moyenne des notes sur 100) Indice de confiance (max : 100)
1 Le site est considéré par Google comme piraté ou hébergeant du contenu piraté 89 80
2 Le contenu présenté au moteur est étrangement différent de celui présenté aux internautes 85 70
3 La majorité du contenu est dupliqué, pris ailleurs, sur un autre site (duplicate externe) 80 79
4 Une proportion élevée de liens issus de pages, de forums ou de blogs douteux et sans trafic pointent vers la page 75 66
5 Le contenu peut être considéré comme insuffisant, ou manquant de substance 66 72
6 Présence de publicité cachant le contenu principal 66 54
7 Le temps de réponse du site est long (plus que la moyenne ou celui des concurrents) 64 67
8 La majorité du contenu est dupliqué, pris ailleurs, en interne, sur une autre page du site (duplicate interne) 63 59
9 Retour rapide sur les résultats de Google (l'internaute visite la page, mais revient vite sur les résultats de Google pour cliquer sur un autre résultat) 62 52
10 Taux de retour sur les résultats de Google élevé (beaucoup d'internautes reviennent sur les résultats de Google après avoir visité la page, et ils cliquent ensuite sur un autre résultat) 62 51
11 La page pèse lourd (plus que la moyenne ou celle des concurrents) 59 65
12 Une proportion élevée de liens issus de sites sans rapport thématique avec la page pointent vers la page 57 54
13 Rebond rapide des visiteurs sur la page 56 51
14 Liens non naturels ou achetés pointant vers le site 50 36
15 Taux de rebond élevé sur la page 48 49
16 De nombreux liens avec une ancre trop optimisée pour être naturelle pointent vers la page. Ici on peut noter l'impact positif ou négatif… 44 45
17 Les mots clés visés sont excessivement utilisés dans le texte. Ici on peut aussi noter l'impact positif ou négatif. 33 56

La liste des critères négatifs est également riche en enseignements. Etre considéré comme piraté par Google serait le pire signal SEO qu'un site puisse lui envoyer. "En général, un tel scénario se traduit par une perte très conséquente du trafic, qui peut monter jusqu'à 90%", justifie Philippe Yonnet. Quant au cloaking ("Le contenu présenté au moteur est étrangement différent de celui présenté aux internautes"), il est interdit clairement par Google dans ses consignes. "Le cloaking peut mettre la puce à l'oreille de Google, et déboucher sur une pénalité qui aura un impact négatif sur le SEO", a pu observer Philippe Yonnet.

Concernant le contenu dupliqué externe, le spécialiste de Search Foresight est moins d'accord avec le résultat du sondage : "redouter de se faire pénaliser à cause de 'duplicate content' externe est une peur très française, mais pourtant, beaucoup de sites ont du contenu dupliqué sans aucune sanction de Google", assure-t-il.

Méthodologie

Le risque de ce genre de sondage est de ne refléter que les rumeurs. Pour tenter de l'éviter au maximum, il était demandé aux spécialistes de baser leurs réponses sur leurs expériences et non sur ce qu'ils ont pu lire ou entendre. Ils étaient invités à cocher une case "je préfère ne pas répondre" lorsqu'ils sentaient que c'était surtout la rumeur qui les poussait à répondre.

Attention, il faut prendre cette étude pour ce qu'elle est : il s'agit des critères les plus importants aux yeux des professionnels, mais ce n'est peut-être pas ceux qui le sont aux yeux de Google… Par ailleurs, les professionnels pouvaient être plus ou moins d'accord sur l'importance de certains critères. C'est pourquoi le pourcentage de réponses proches est associé aux poids de chacun des critères sous l'intitulé "Indice de confiance".

Et aussi

Google / Référencement naturel