SEO : les facteurs de classement en France Des pages en première position moins "tweetées" que partagées sur Facebok

Plus une page Web est bien positionnée dans les résultats de Google, plus elle a été partagée sur Facebook. C'est ce que révèle une récente étude de Searchmetrics qui s'est basée sur les trois premières pages de résultat générées sur Google.fr par 10 000 requêtes soigneusement choisies (voir les détails sur la méthodologie sur la dernière page "En savoir plus" de ce dossier).

Le coefficient de corrélation entre la bonne position d'une page et les partages qu'elle a suscités sur Facebook s'élève à 0,33, selon les calculs de l'étude, qui a appliqué la formule de Spearman, bien connue des statisticiens. C'est donc plus que pour les commentaires (0,28) ou les "likes" (0,27) laissés sur Facebook, et assez loin devant les tweets (0.20), sans doute car Twitter est aussi moins utilisé en France.

Ces chiffres montrent que, statistiquement, les premiers résultats dans Google ont donc, en moyenne, été plus partagés que commentés dans Facebook. Pour son classement, Google donnerait-il plus de poids à l'un de ces deux critères ? Ces statistiques ne permettent pas de répondre avec certitude, mais, s'il s'agit de deux engagements sociaux assez actifs de la part de l'internaute, "un commentaire peut-être négatif alors que le signal émis par le partage est plus positif", fait remarquer Antoine Leven, directeur du développement pour l'Europe du Sud de Searchmetrics.

 

Précisions concernant l'étude par ses auteurs : la corrélation ne précise pas le lien de causalité

"Nous tenons à souligner que cette étude ne garantit d'aucune façon que les facteurs correspondants ont un effet sur le classement ou qu'ils sont même utilisés par Google en tant que signaux. Des questions comme "un site reçoit des signaux sociaux car il est bien classé ou est-il bien classé parce qu'il reçoit des signaux sociaux" sont tout à fait pertinentes et ne peuvent trouver leurs réponses avec les données actuellement à notre disposition."

Google / Facebook