Google : la mise à jour Panda ébranle le Web Européen Google détaille sa méthode

Dans une interview accordée à Wired, Matt Cutts et Amit Singhal, porte- parole de Google, ont clarifié leur méthode et précisé ce qu'ils entendaient par "sites à faible valeur ajoutée".

 
Selon les deux responsables du moteur de recherche, l'une des premières causes de cette mise à jour est Caffeine, la méthode d'indexation mise en place par Google en 2010. "La vitesse de crawl a augmenté, tout comme le nombre de pages référencées. Cela a fait remonter du bon contenu, frais, mais aussi du moins bon, et notamment du contenu inutile", expliquent Matt Cutts et Amit Singhal.

 

matt cutts, ingénieur google en charge du moteur.
Matt Cutts, ingénieur Google en charge du moteur. © Cécile Debise / JDN Solutions

Comment résoudre le problème ? Il fallait d'abord définir ce qu'est un contenu de faible qualité. "Un problème très, très compliqué", a admis Amit Singhal, qui a également avoué ne pas encore l'avoir totalement résolu. Pour fonder son approche "totalement scientifique", Google a donc commencé par envoyer certains documents à des testeurs externes en leur demandant : "Donneriez vous votre carte de crédit à ce site ? Donneriez-vous des médicaments venant de ce site à vos enfants ?"

 

Pénalité pour les sites abusant de la publicité

 

Figuraient aussi, entre autres, dans cette "rigoureuse" enquête de qualité les questions suivantes : "Pensez-vous que ce site fasse autorité ? Ce contenu serait-il acceptable s'il se trouvait dans un magazine ? Est-ce que ce site vous semble abuser de la publicité ?"

C'est sur la base de ces réponses que Google a donc pu définir le contenu de faible valeur. Ce qui a ensuite permis d'édicter les règles mathématiques qui permettent de différencier du contenu qui apporte de la valeur pour les internautes de celui qui n'en apporte pas. Dans la première catégorie, Matt Cutts range "Wikipedia ou le New York Time".

 

 

c'est lors de d'un entretien avec wired que google a expliqué avoir nommé cette
C'est lors de d'un entretien avec Wired que Google a expliqué avoir nommé cette mise à jour "Panda" © Fotolia

Pourquoi pénaliser Suite101 et pas eHow ?

 

Wired a également posé une autre question qui brûle les lèvres de nombreux responsables de site aux ingénieurs de Google : Pourquoi la mise à jour n'a pas pénalisé Demand Media, propriétaire d'eHow représentant aux yeux de beaucoup le modèle même de la ferme de contenus, mais fait plonger Suite 101, qui assure apporter "grand soin" à la qualité de son contenu. Ce site a en effet vu son trafic notoirement baisser depuis la mise à jour (le nombre de visiteurs aurait chuté de 94% sur certains mots clefs).

 

Amit Singhal a alors répondu: "notre nouvel algorithme est très efficace pour trouver et sanctionner les sites de faible qualité. Mais, il est plus prudent avec les sites proposant des contenus de "diverses" qualités parce que la prudence est importante."

Une explication pour le moins sibylline, mais qui semble indiquer que Google puisse profondément sanctionner un site dont une partie est considérée comme étant à faible valeur ajoutée. Et cela, même si d'autres contenus proposés par le site sont à plus forte valeur ajoutée.

Google / Référencement naturel