SMX Paris 2011 : les techniques de référencement avancées à l'honneur Laurent Bourrelly, sur les Rich Snippets, "il faut encore attendre pour juger l'impact de schema.org"

Les microformats sont ces petits bouts de code HTML d'une page Web qui peuvent ensuite venir enrichir le lien bleu et la simple description classique apparaissant dans les SERP des moteurs de recherche. Images, vidéos, graphiques et autres peuvent ainsi accompagner certains résultats de recherche universelle, ce qui leur fait bénéficier d'une meilleure visibilité.

 

Ces résultats peuvent être réunis, dans des "One Boxes", comme c'est par exemple souvent le cas pour des requêtes géolocalisées (apparition des résultats Google Maps dans les SERPs normales de Google) ou ayant une très forte actualité (fil de résultat issus de Google news). Avis des internautes (sous forme d'étoiles par exemple), ligne de description du poste occupé par un employé (systématique pour les liens issus de viadéo), peuvent ainsi enrichir le résultat.

 

laurent bourelly est consultant en référencement.
Laurent Bourelly est consultant en référencement. © JDN

Balises à intégrer

 

Pour pouvoir prétendre à l'affichage de ce contenu enrichi, les balises à intégrer dans les pages sont connues et ont fait l'objet de divers wiki, et même d'interventions de Google, dans le but de les standardiser. Plusieurs formats sont supportés : microformats,  microdonnées, RDFa. Une nouvelle initiative vient d'émerger, et non des moindres puisqu'il s'agit d'un protocole basé sur une entente entre le triumvirat Bing, Yahoo ! et Google. Il s'agit de Schema.org

 

Faut-il basculer vers cette syntaxe commune ? "Il est encore trop tôt pour mesurer l'impact qu'aura Schema.org", estime Laurent Bourrelly, consultant SEO, qui recommande néanmoins de bien suivre cette actualité.

 

"Des consignes, mais aucune garantie"

 

En outre, Laurent Bourrelly constate que "si certains sites s'évertuent à suivre toutes les consignes et appliquer les bons codes pour que leurs pages s'accompagnent d'illustrations dans les SERPs, ils n'ont partfois aucun résultat. Il y a aucune garantie. Par ailleurs, d'autres sites, presque sans rien faire, ou en bidouillant, vont pouvoir bénéficier de cette visibilité supplémentaire".

 

Exemple, soulevé par Olivier Tassel, Fondateur de Websolus, lors de cette conférence SMX : il existe bien des balises à intégrer pour apparaître dans les "local boxes" (résultat localisés), mais il semble que ce soit surtout l'inscription dans Google Adresses qui le permette...

 

Faire apparaître les rich Snippets 

 

Comment faire apparaître les richsnippets ? " Nous ne savons pas " admettent les expert SEO. Un mystère qui génère des spéculations dans l'audience de la conférence. Ainsi, la thèse de la whitelist et d'un filtre manuel appliqué par Google a ses adeptes.

 

olivier tassel est fondateur de l'agence websolus.
Olivier Tassel est fondateur de l'agence Websolus. © JDN

Dans la salle, Aurélie Moulin, SEO Team Manager chez Aufeminin.com (qui possède le site de recettes de cuisine Marmiton) raconte ne pas avoir cru, dans un premier temps, lorsqu'un salarié de Google l'appelle à ce sujet.

 

En effet, Marmiton a beau appliquer toutes les bonnes balises requises, notamment pour les avis des internautes sur les recettes, sous forme d'étoiles, ses résultats dans Google ne s'affichent pas avec ces rich snippets. "Après cet appel, peu de temps après, nous avons pu avoir ces fameuses étoiles accolées à nos recettes dans les résultats de Google".

 

Son témoignage est appuyé par un autre dans la salle, mais ne convainc pas totalement Laurent Bourrelly : "Il s'agissait sans doute d'une phase de test. Ces interventions manuelles sont impossibles à appliquer à l'échelle planétaire, vu l'étendue du Web. Le but est que ce soit un algorithme qui régisse le process". Reste que les détails de cet algorithme ne sont ni expliqués, ni totalement connus.

Microsoft / Google