SEO : personnalisation des résultats, Graal ou enfer ? Personnalisation des résultats, le Graal des moteurs de recherche

La personnalisation des pages de résultats est devenue un thème de plus en plus récurrent dans les annonces et blogs officiels de Google : "Nous voulons vous aider à trouver l'information la plus pertinente possible, personnalisée selon vos intérêts et les gens que vous aimez", indiquait Google, en février dernier, à l'heure d'annoncer une mise à jour de son projet de Social Search, introduit en 2009.


Voulant aider à trouver les réponses les plus pertinentes, Mountain View annonçait alors mélanger dans ses SERPs les résultats "normaux" avec ceux mis en valeur par les contacts de l'utilisateur des services Google. Flick'r, Blogger, YouTube, mais aussi Twitter étaient alors les services cités qui devaient permettre à l'utilisateur consentant d'obtenir des résultats personnalisés et, donc, supposés plus pertinents par Mountain View.

 

dans la course à la personnalisation de ses serps, qui l'oppose à google,  bing
Dans la course à la personnalisation de ses SERPs, qui l'oppose à Google,  Bing peut s'appuyer sur le partenariat Facebook/Microsoft. © Montage

A noter que depuis quelques années, la fréquence des billets tagués "personnalisation" sur le blog officiel de Google s'est notoirement accélérée. Rares sont les mois où Mountain View n'annonce pas pousser un peu plus loin la personnalisation de ses services : Blogger, Google News, Google Product, page d'accueil, ou encore, possibilité d'empêcher d'afficher des résultats dans des SERPs, là encore personnalisées. 


Personnalisation des résultat : la surenchère entre Bing et Google

 

Google n'est pas le seul moteur à afficher un intérêt grandissant pour la personnalisation des résultats, notamment grâce aux réseaux sociaux. Grâce à son partenariat avec Facebook, Microsoft a pu puiser profondément dans les données de ce réseau social. Redmond fait ostensiblement remonter dans les résultats de Bing les contenus aimés (bouton "like") par les contacts de l'utilisateur sur Facebook. Microsoft n'a d'ailleurs pas hésité à communiquer de manière exhaustive sur chacune de ses avancées en la matière : "Bing met l'accent sur Facebook" en octobre 2010, puis "Bing favorise encore plus les contenus de Facebook" en février 2011et "Bing renforce la personnalisation de ses résultats", en mai dernier)

 

A chaque fois, Microsoft utilisait peu ou prou les mêmes arguments que Google :  il s'agissait de "rendre la recherche plus sociale et donc plus pertinente", afin de "prendre de meilleures décisions". Microsoft, annonçait d'ailleurs que ces différentes annonces s'inscrivaient dans un projet de longue haleine.

 

Microsoft / Google