2008 : le Syntec confiant, dans un contexte général morose

Avec des prévisions de croissance du secteur du conseil et du logiciel entre 5 et 7% en 2008, le syndicat professionnel se montre optimiste. Les entreprises et les cabinets d'analyse sont, eux, plus circonspects.

Le Syntec Informatique, le syndicat professionnel des SSII et éditeurs de logiciels, maintient ses prévisions de croissance du secteur pour 2008 et ce, en dépit de la crise financière mondiale et des craintes relatives à la croissance économique française.

Jean Mounet, le président de Syntec Informatique, prévoit une croissance du secteur comprise entre 5 et 7 %, comme il l'a déclaré lors de la présentation le 27 mars du rapport du Syntec intitulé "Bilan 2007 et perspectives 2008 du marché des logiciels et services".

Ces chiffres sont dans la droite ligne des estimations de l'automne dernier du Syntec, qui étaient de 6,5% sur l'année 2008. A titre de comparaison, le MINEFI table sur une croissance du PIB de 1,7% pour l'année 2008.

Malgré ces chiffres plutôt optimistes, le Syntec Informatique explique que ces prévisions tiennent compte du climat économique général tendu. Le Syntec a en effet volontairement diminué les prévisions qui seraient officieusement de 6 à 8%.

En fait, pour le Syntec, si crise du secteur il y a, cette crise touchera les entreprises plus tard, en 2009, d'où l'impossibilité de se retrouver avec un taux de croissance inférieur à 5% sur l'année 2008.

40 milliards d'euros en 2007

Pourtant, les prévisions des analystes boursiers sur les valeurs technologiques devraient inciter à prendre avec des pincettes les prévisions du Syntec. Des prévisions boursières qualifiées de ridicules par le Syntec.

Le rapport présente également le bilan 2007. Sur l'année, le secteur des logiciels et services en France a pesé plus de 40 milliards d'euros et a connu une croissance de 6,5%, selon Syntec Informatique. Mieux, 2007 est la troisième année de croissance au-delà des 6%. Dans le détail, le conseil en technologies a crû de 6,5% alors que l'offshore a, lui, augmenté de 50% en deux ans, passant de 2 à 4% du marché. Du côté de l'édition, l'embarqué a augmenté de 12%, et le SaaS de 15%.

Une croissance qui devrait se maintenir donc grâce au dyamisme de la commande publique.

Une croissance qui devrait se maintenir donc, et ce, grâce à des leviers que le Syntec identifie comme étant l'innovation, la rationnalisation croissante des entreprises clientes, mais aussi le dynamisme de la commande publique.

Mais si le syndicat professionnel maintient ses prévisions de croissance, les principaux cabinets d'étude, à l'instar du Gartner et de Forrester, ont revu leurs analyses prévisionnelles à la baisse, tablant sur une dépense informatique en croissance de 3% en Europe pour l'année 2008. Il faut cependant prendre en compte le fait que ces prévisions sur la dépense informatique prennent en compte également la dépense en matériel.

Les entreprises du secteur quant à elles restent prudentes sur les projections 2008. Une exception toutefois avec Devoteam dont les responsables expliquaient au cours de la publication des résultats 2007 que l'année 2008 serait marquée par une crise.

Seules ombres au tableau pour le Syntec Informatique, un marché de l'emploi toujours tendu, avec une création nette d'emploi de 15 000 à 20 000, et un turnover de 10% ; mais aussi des prix bas, en comparaison de ceux des voisins européens, notamment l'Allemagne.

Autour du même sujet