A lire ailleurs du 28 mars

Les ordinateurs portables de 2015 - Conseils de survie pour BlackBerry - Apple interdit Safari sur Windows.

Les ordinateurs portables de 2015. En l'espace de quelques années, les ordinateurs portables ont considérablement évolué. Un composant en revanche est lui demeuré immuable : le clavier. Les 7 prochaines années pourraient toutefois avoir finalement raison de lui. C'est en tout cas ce que les experts consultés par ComputerWorld laissent entendre. La boule de cristal sous le bras, le site d'information a tenté de dessiner les contours de l'ordinateur portable de 2015. Des produits concepts sont d'ores et déjà à l'étude. Des designers ont bien voulu lever le voile sur leurs travaux, sans pour autant révéler l'identité des constructeurs pour lesquels ils œuvraient. L'ordinateur de 2015 devrait ainsi faire largement appel à des écrans tactiles, ce qui permettrait ainsi de réduire fortement le poids et l'épaisseur. Un autre modèle conçu en Italie prévoit lui un portable composé de deux écrans. Un premier pour la visualisation et un second permettant des actions comme taper ou dessiner. Le Cario sera lui conçu pour rendre encore plus simple son utilisation en situation de mobilité avec un design très souple. Mais l'ordinateur de 2015 changera également de composition en intégrant des matériaux innovants, avec pourquoi pas la capacité de se réparer lui-même. Mais l'avenir c'est aussi plus de puissance, avec notamment des processeurs à six cœurs, et un espace de stockage accru de l'ordre de 2To. Lire

 

Conseils de survie pour Blackberry. La concurrence se fait plus rude entre l'actuel patron du marché du smartphone, RIM, grâce au BlackBerry, et le très en vogue iPhone. Que l'iPhone soit ou non de taille à rivaliser, il faut au moins lui reconnaitre une qualité, juge CIO : avoir réussi à apparaitre comme la plus grande nouveauté auprès des utilisateurs de mobile. Le canadien RIM a certes les chiffres pour lui avec plus de 4 millions de téléphones vendus durant le dernier trimestre 2007, mais il néglige ce que CIO nomme le Cool factor, la cool attitude en quelque sorte. Pour le patron de RIM, l'approche d'Apple centrée sur le design est sanctionnée par l'amputation des fonctionnalités. Et pourtant, l'iPhone demeure un sujet de discussion permanent, combien même son périmètre fonctionnel fait pâle figure par rapport au BlackBerry. RIM conscient de sa supériorité ne néglige toutefois pas de surveiller son trublion de rival et ses prochains modèles pourraient bien intégrer ce Cool factor, avec notamment un écran tactile. Le Pearl comportant le Wi-Fi a d'ailleurs déjà fait son apparition, signe que le canadien prend au sérieux l'iPhone. Pour les autres nouveautés, RIM reste silencieux, à tort pour CIO. Lire

 

Apple interdit Safari sur Windows. Steve Jobs veut ravir des parts sur le marché des navigateurs sous Windows. Le dirigeant d'Apple a d'ores et déjà provoqué la controverse en dissimulant l'installation de Safari dans la mise à jour d'autres logiciels. Si sur le plan de la sécurité et du respect des utilisateurs, la pratique n'est guère appréciée, il semble qu'Apple ait également négligé de revoir ses conditions d'utilisation avant d'amorcer sa conquête de Windows. The Register, texte à l'appui, relève en effet une condition d'utilisation qui condamne les utilisateurs de Safari sous Windows à violer la licence du logiciel. La licence d'utilisation interdit en effet clairement une installation sur un système d'exploitation qui ne soit pas signé Apple. Un simple oubli qui fait office de paradoxe et que l'éditeur encore peu familiarisé avec Windows devrait corriger prochainement. Pour les utilisateurs, nul motif d'inquiétude puisque la violation d'une telle clause ne pourrait leur être objectée. Lire

 

Sommaire
Source : JDN Solutions
21/03Premier jour d'un DSI - La pomme d'influence - Les brigades du cybercrime.
14/03Quand un coeur s'emballe - Les faux-pas du recrutement IT - La téléphonie télépathique.
07/03Etudiants: un iPhone pour tous ! - Protégez Windows, ne mettez pas de mot de passe - Les pauvres rangent aussi leurs câbles ?

A lire ailleurs