A lire ailleurs du 30 mai 2008

Un robot au plafond - Bruce et la sécurité spectacle - Espionnage de journalistes à 3 000 dollars.

Un robot au plafond. Les robots conçus par l'homme sont de plus en plus habiles. Ils pourront prochainement aussi escalader des murs, nous apprend PC World. Des chercheurs d'une organisation à but non lucratif, le SRI International, a développé la technologie nécessaire pour faire de robots de véritables monte-en-l'air. Et pour le directeur du business développement, les militaires seront les premiers à y trouver leur compte. Grâce à une technologie électrique adhérente, les hommes en kaki disposeront de machines capables de remplir diverses missions sur des champs de bataille, dont de la reconnaissance. Cette électro-adhérence s'obtient en créant des charges positives et négatives. En induisant des charges électriques négatives dans le mur, et positives dans les membres ou une autre partie du robot, celui-ci devient à même d'adhérer à une paroi et ainsi de l'escalader. Le gouvernement américain envisagerait déjà d'exploiter parallèlement les robots dotés de cette capacité avec un réseau sans fil et des capteurs afin de transmettre des informations. Les machines pourraient notamment déployer des réseaux de communication sans fil en escaladant des murs pour y fixer les émetteurs. Placés en hauteur, ces émetteurs auraient une plus longue portée. Lire

 

Bruce et la sécurité spectacle. Bruce Schneier est un expert renommé de la sécurité et il s'intéresse parfois aussi à une certaine forme d'ethnologie. Dans un article de Wired, Bruce s'attarde ainsi sur la sécurité des bracelets RFID dans les maternités. Sur un plan statistique, le risque d'un enlèvement d'enfant dans une maternité est relativement réduit aux Etats-Unis. En effet, sur les 22 dernières années, cela s'est produit à 233 reprises. Avec 4 millions de naissances chaque année, le risque est de 1 sur 375 000. Alors pourquoi les hôpitaux consacrent-ils autant d'argent à déployer ces technologies RFID ? Pour Bruce Schneier, c'est un cas typique de sécurité spectacle... enfin pas tout à fait. Si la sécurité mise en place dans la maternité sera a priori peu ou jamais éprouvée, son utilité n'est en effet pas nulle, reconnaît l'expert. Elle joue un rôle majeur auprès des parents en contribuant à les rassurer et ainsi à leur donner un sentiment de sécurité. La sécurité est pour le spécialiste de la cryptographie, à la fois une réalité et un sentiment. Sa réalité est mathématique, basée sur des probabilités d'occurrence et l'efficacité de différentes contremesures. Et un sentiment également car basé sur des réactions psychologiques individuelles aux risques et aux contremesures. Les deux sont distincts. Un individu peut ainsi par exemple être en sécurité sans en éprouver le sentiment, et inversement. La sécurité spectacle telle que décrite par Bruce Schneier se justifie donc parfois, même si les cas sont rares. Son coût n'est en revanche pas négligeable : argent, temps, libertés, etc. Lire

 

Espionnage de journalistes à 3 000 dollars. Obtenir dans la parfaite illégalité les relevés téléphoniques de journalistes pour le compte de Hewlett-Packard n'est pas une tâche trop durement punie par la justice, ironise News.com sur son blog. Pour les enquêteurs privés recrutés par HP, l'affaire se sera résolue contre le paiement de seulement 3 000 dollars. C'est la FTC (Federal Trade Commission) qui a fait savoir qu'un accord avait été trouvé avec Joseph Depante et Matthew Depante de la société Action Research Group. Le géant de l'informatique les avait sollicités afin de découvrir la taupe au sein d'HP renseignant des journalistes, dont trois reporters de CNET News.com. Avec quelques astuces, les deux détectives avaient pu obtenir les listes d'appels des journalistes et des membres de leur famille, ou encore suivre et photographier le journaliste Dawn Kawamoto et sa fille. Le reporter avait déposé plainte contre HP et attend qu'un jugement soit rendu par un tribunal de San Francisco. Ces actes pèsent donc 3 000 dollars, une somme qualifiée d'équitable, les deux hommes s'étant déclarés incapable de s'acquitter de la somme initiale de 67 000 dollars. Ils seront en outre placés sous le contrôle de la FTC durant les trois prochaines années. Lire

 


Sommaire

  23/05 Attentat aux oeufs contre Steve Ballmer - Cisco contribue à la répression en Chine - Une tête de fumeur..  
  16/05 Devenir une star montante de l'IT - Qu'attendre de Windows 7 ? - La cyber-défense s'organise.  
  25/04 L'OLPC fait les yeux doux à Microsoft - Une vague rouge sur les JO - Science 2.0.  

Source : JDN Solutions

A lire ailleurs